MATERIEL PUBLIC VENDU À DES PRIVÉS : « LE PRÉSIDENT SALL TIENT À CE QUE CETTE AFFAIRE SOIT TIRÉE AU CLAIR »

news-details
JURY DU DIMANCHE

El Hadji Hamidou Kassé, ministre conseiller en Art et en Culture auprès du chef de l’Etat a été interpellé lors du Jury du Dimanche sur les déclarations du Dr Babacar Niang disant que du matériel destiné aux Cte a été vendu à des structures privées. Il a soutenu que le ministère de la Santé a montré que ce sont des accusations fausses. Mieux, dit-il, ledit ministère a porté plainte. « Du matériel du public est vendu aux structures sanitaires du privé. La maison de Serigne MBOUP (CCBM), et d’autres revendeurs qui ont pignon sur rue, te sortent tout le matériel que tu veux. Ce n’est pas normal. Tout ministre de la Santé qui vient, la première recommandation qu’on lui fait, c’est de ne pas soulever ce lièvre. On achète par des revendeurs qui sont agréés. Il y a d’autres même qu’on voit, c’est des bricoleurs. Même eux, ils ont le formulaire. Les gants de protection, actuellement, si vous ne mettez pas 7 000 F CFA, vous n’avez pas une paire », révélait le Dr Niang, à l’émission Jury Du Dimanche.

Mais pour le ministre conseiller, il n’y a aucune preuve tangible qui vient étayer les accusations du Dr Babacar Niang. « Je ne suis pas dans les secrets des dieux. J’ai confiance en la justice et j’espère que les choses se clarifierons très rapidement. Il est évident que le président tient à ce que cette affaire soit clarifiée. Ça c’est absolument certain même si je n’en n’ai pas discuté avec lui. C’est sûr qu’il ne peut pas mettre autant de milliards, entendre ces allégations et de rester les bras croisés », a soutenu Kassé selon qui, il faut lier l’affaire également à la plainte du ministère de la Santé. Parce que, indique-t-il, c’est un discrédit jeté sur le département et sur les professionnels de la santé y compris les administratifs, les techniciens etc. « Je pense qu’il faut une bonne fois pour toute que dans notre pays quand on a la parole, quand on est écouté nous devons éviter au maximum des accusations si on n’a pas des preuves concrètes. »

Vous pouvez réagir à cet article