MAURITANIE : OUVERTURE DU PROCÈS DES MANIFESTATIONS POST-ÉLECTORALES

news-details
AFRIQUE

Le procès des personnes arrêtées lors des manifestations post-électorales de juin dernier, s’est ouvert ce mercredi, 06 novembre 2019. Selon Alakhbar, site mauritanien d’informations, sept (7) personnes seront présentées à la barre. Pour rappel, les mis en cause ont été arrêtés à Lekseiba, une ville de la wilaya du Gorgol, puis transférées à Kaédi.

L’annonce des résultats de l’élection présidentielle de juin dernier, en faveur du président Mohamed Ould Ghazouani, a été suivie par une série de manifestations à Nouakchott et dans des villes de l’intérieur du pays.

A l’époque, Human right watch (HRW) était monté au créneau pour fustiger cette vague d’arrestations. Lesquelles concernaient, au départ, une centaine de personnes décrites comme des étrangers liés à des candidats de l’opposition, et accusés de vouloir déstabiliser le pays, selon les précisions du ministre de l’Intérieur, Ahmedou Ould Abdallah, dans une annonce faite le 25 juin dernier. Toutefois, selon les activistes de l’opposition, interrogés par l’organisation de défense des droits de l’homme, les personnes arrêtées étaient de nationalité mauritanienne, même s’ils disaient ignorer le nombre réel d’arrestations.

Parmi ces personnes, l’activiste au sein de la coalition ’’Vivre ensemble’’, Samba Thiam. Qui avait, publiquement, lancé des accusations de fraude électorale sur sa page Facebook, dénonçant la répression « excessive » des manifestations par les autorités.

Vous pouvez réagir à cet article