image

MENACÉ DE DESTITUTION, LE SORT DU PRÉSIDENT SUD-AFRICAIN TOUJOURS INCERTAIN

image

Les caciques de l’ANC, le parti de Nelson Mandela, se réunissent, vendredi, à Johannesburg pour discuter de l’avenir du président sud-africain, Cyril Ramaphosa. Le successeur de Jacob Zuma est sous la menace d’une procédure de destitution après la publication d’un rapport de commission parlementaire accablant.

Majoritaire au Parlement depuis 1994, l’ANC choisit le chef de l’État depuis la fin de l’apartheid et l’avènement de la démocratie. L’assemblée examine le rapport d’une commission indépendante sur la responsabilité du président Ramaphosa dans l’affaire des billets trouvés dans l’une de ses propriétés.
Cyril Ramaphosa a passé toute la journée de jeudi à consulter les poids lourds de son parti, écoutant les conseils, pesant ses soutiens.

Dans la matinée, des "proches" avaient confié aux médias sud-africains qu’il ne se battrait pas pour rester à son poste. Mais dans la soirée, l’inquiétude quant à son départ semblait avoir suscité un soudain revirement, le monde des affaires et une bonne partie de l’ANC volant à son secours.

"Personne ne devrait être au-dessus de la loi, mais porter un jugement définitif sur une personne en se basant sur ce qui est en fait une commission d’enquête préliminaire, qui n’a pas fait de détermination finale des faits, pourrait conduire à l’anarchie", plaide Mgr Thabo Makgoba, successeur de Desmond Tutu.

Avec l’AFP

2 décembre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article