MIGRATION CLANDESTINE : À LA TRAQUE DES AGENCES FRAUDULEUSE DE PLACEMENT

news-details
SOCIÉTÉ

L’exploitation de vulnérables jeunes migrants africains en quête de travail est bien une réalité au niveau de la sous-région. Les risques de traite ou de trafics liés à l’immigration irrégulière sont de plus en plus fréquents. Les jeunes migrants de l’Afrique de l’Ouest sont à la merci des nouvelles filières de recrutement internationales.

Pour pallier à cela, un atelier de formation sur les questions mixtes, les recrutements internationaux et la protection des migrants ont été ouverts, ce matin, à Dakar. Sous l’initiative de DIADEM (Diaspora, Développement, Education, Migration), la rencontre vise à renforcer les capacités d’action des organisations de la société civile sénégalaise travaillant sur les questions migratoires irrégulières et les risques associés. « La situation est devenu inadmissible en Afrique de l’Ouest. Il y a des individus qui s’organisent via différents canaux, de manière nationale et transnationale, pour la traite et le trafic de migrants. Ces trafiquants proposent aux jeunes d’aller migrer dans des pays d’Europe, du Golf ou du Maghreb, sur la base de faux documents. Et, une fois sur place, ces jeunes, le plus souvent des femmes, sont mal traités. Ils sont souvent victimes de toutes sortes de brimades », a déploré le Coordonnateur de DIADEM, Badara Ndiaye.

Le Sénégal, qui est un pays de transit, ne dispose pas de législation sur les agences privées de placement. Pourtant, il est extrêmement concerné par la situation. Parce que, cette absence de législation dans le secteur des agences privées de placement constitue une porte ouverte à toute sorte de trafic humain, surtout chez les jeunes.
« C’est un problème à vocation régionale et nous pensons que la société civile des pays de la sous-région a tout intérêt à faire entendre sa voix pour participer à la gouvernance sur les questions migratoires », croit savoir, la responsable du Programme MADE Afrique de l’Ouest, Agnès Bertrand. Ce programme vise à promouvoir le droit des migrants et migrantes dans l’espace de la CEDEAO.

Vous pouvez réagir à cet article