image

MIK ET ALASSANE SAMBA DIOP FONT LA LEÇON AUX ÉTUDIANTS

image

Les journalistes Mamoudou Ibra Kane et Alassane Samba Diop ont été les invités du mercredi des étudiants de l’Ejicom. C’était une occasion pour eux de revenir sur leurs ouvrages « Le Sénégal et Mandela : Le grand secret » de M. Kane et « la vie est un temps de parole… » de M. Diop.

Cependant, ils ont été interpellés par les différents intervenants sur la responsable du journaliste. En réponse à cette question, le PDG du groupe Emedia Invest indique que la responsabilité du journaliste est d’être journaliste et de rester journaliste. « Être journaliste, c’est de respecter les règles de ce métier. Les règles de collecte, de traitement et de diffusion de l’information. Les autres questions, elles interpellent parce que nous sommes dans un contexte bien précis où le journaliste n’est plus celui qui a accès aux moyens de diffusion par le phénomène des réseaux sociaux », a soutenu Mamoudou Ibra Kane.

Et M. Kane d’ajouter : « donc, vous pouvez diffuser ce que vous considérez comme étant de l’information comme le journaliste. Mais est-ce que tout ce qui est diffusé relève de l’information vraie, s’interroge-t-il. Avant de répondre : « ce n’est pas toujours évident. C’est un métier qui est aujourd’hui envahi, d’abord par des moyens technologiques assez nouveaux. Mais aussi c’est un métier qui est envahi par ce que nous appelons les chroniqueurs. Il y’a quelques temps quand on disait que tel est un chroniqueur ça ne posait aucun problème. Ce qui se passe, c’est qu’il y’a une ampleur telle que sur nos plateaux de télévision, nos radios vous avez une multitude de gens qu’on appelle chroniqueurs qui se considèrent comme des journalistes ou qui vont jusqu’à prendre la place du journaliste », dénonce Mamoudou Ibra Kane.

Selon lui, être chroniqueur n’est pas mal à priori parce que vous êtes, peut-être, détenteur d’un savoir ou vous êtes expert dans un domaine et vous participez de manière régulière à une émission. Mais, explique-t-il, chez nous on confond le chroniqueur et le journaliste encore qu’un journaliste peut être un chroniqueur, mais tout chroniqueur n’est pas journaliste. « Il faut qu’on fasse cette distinction. Je l’ai toujours dit, il faut que les journalistes envahissent les réseaux sociaux. Parce qu’il y’a toute une éducation qu’il faut mener. Mais tant que le journaliste veille à exercer convenablement (…), et les chroniqueurs ils existeront. Mais le public saura faire la distinction », a encore dit Mamoudou Ibra Kane.

Pour sa part, Alassane Samba Diop, pense que la façon de faire le métier de journaliste au Sénégal est de plus en plus menacée. « Il faut revenir aux fondamentaux qui est de respecter les règles d’éthique et de déontologie et d’exercer la profession. Un journaliste doit avoir comme sacerdoce de faire son métier dans les règles de l’art, c’est à dire de recouper l’information », a-t-il conseillé.

Par ailleurs, il note, qu’on est envahi par des gens qu’on appelle les influenceurs. « L’État du Sénégal, avec la régulation, doit faire des efforts en appliquant le nouveau code de la presse dans toute sa rigueur pour permettre à ceux qui aiment ce métier de l’exercer correctement », a-t-il aussi dit.

Cheikh Moussa SARR
Pape Doudou DIALLO (Photos)

11 mai 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article