« MIMI TOURÉ RISQUE LA PUNITION »

news-details
LR DU TEMPS

L’audit annoncé du Conseil économique, social et environnemental (CESE), par l’Inspection générale d’État (IGE), de 2013 à 2019, n’augure rien de bon pour Aminata Touré. Ce, même si la gestion d’Aminata Tall est également concernée. Car à la différence de cette dernière, Mimi Touré s’est rebellée. Acte pour lequel elle risque d’être punie, relève Hady Bâ. L’enseignant-chercheur à l’UCAD, était l’un des invités de Lr du temps, sur iRadio et Itv, ce dimanche, 20 décembre.

"Le fait qu’on annonce l’audit maintenant après que Mimi Touré s’est révoltée, cela montre bien qu’on veut instrumentaliser l’IGE pour, un peu, la punir et l’amener à se plier à ce que veut le chef de l’État, Macky Sall. Il me semble que c’est assez évident", a expliqué le docteur en Sciences cognitives.

Par rapport à ce que Macky Sall veut, il est catégorique : "Tous les signaux qu’il envoie montrent qu’il veut briguer un troisième mandat. Si cette personne-là vire ses amis quand ils lui disent qu’il n’a pas droit à un 3e mandat, cela veut dire que lui, il estime qu’il y a droit et il va tout faire pour. Ça me semble assez clair".

Mimi Touré, l’ancien Premier ministre, participant à une conférence virtuelle sur la limitation des mandats, organisé par le NDI (National Democratic Institute), avait ainsi tranché le débat : "le Président Macky Sall réélu le 24 février 2019 a affirmé à de nombreuses reprises qu’il effectuerait son second et dernier mandat. Donc, au Sénégal, la question est derrière nous".

De son côté, Hamidou Bâ, doctorant en Sciences politiques, déplore le manque de consensus institutionnel. "On n’a pas d’Institutions fortes, que les acteurs politiques sont incapables de manipuler. C’est cela le problème en fait. Donc, comme c’est des acteurs politiques intelligents, il arrive à contourner les règles en leur faveur. C’est un problème qu’on observe en Afrique, on l’a vu en Guinée et en Côte d’Ivoire."

Pour eux, le débat sur la suppression des villes comme Dakar, Guédiawaye, Rufisque et Thiès, relève de manœuvres politiciennes.

Vous pouvez réagir à cet article