MORT DE GEORGE FLOYD : GUY MARIUS ET SES CAMARADES PRÉPARENT L’OFFENSIVE AU SÉNÉGAL

news-details
JURY DU DIMANCHE

L’image a scandalisé le monde entier. George Floyd a été tué par un policier Blanc qui l’a étouffé avec son genou jusqu’à son dernier souffle. Des manifestations de protestations ont été notées sur l’ensemble du territoire américain mais également dans plusieurs villes du monde.

Au Sénégal, Guy Marius Sagna, invité du Jury du dimanche sur Iradio (90.3) et iTV révèle que le « Frapp » travaille, depuis plusieurs jours avec d’autres organisations, à bâtir un front au Sénégal et en Afrique. « Un front qui puisse avoir une réaction massive face à ce dont vous parlez. Nous sommes en train d’échanger, de discuter autour d’un appel. Peu importe l’Etat d’urgence, peu importe le couvre-feu, nous poserons des actes en solidarité avec nos frères et sœurs des Etats Unis », prévient-il. Poursuivant, il ajoute « Je pense aussi que les afro-américains aux Etats-Unis sont en danger si rien n’est fait face à ce que dit Donald Trump, qui menace même de faire sortir la garde nationale alors que c’est le système qui est en cause. C’est un système ségrégationniste, raciste. La question de fond, au-delà de George Floyd, c’est que nous avons des afro-américains qui ne sont que 13% de la population mais qui constituent au moins 40% des prisonniers aux Etats-Unis », a expliqué Guy Marius qui n’a pas manqué d’analyser le silence des dirigeants africains sur cette affaire. Il faut protester contre le silence quasi général de nos élus qui étaient si prompts à dire « Je suis Charlie » et qui ne disent pas « Je suis George Floyd ».

L’activiste donne une double explication du silence des dirigeants africains. La première c’est qu’en Afrique, les forces de l’ordre sont violents et, les dirigeants ne peuvent pas laisser les bavures dans leur pays pour aller protester. La deuxième raison, c’est parce que, soutient-il, les dirigeants africains ont peur de ce que les Etats-Unis pourraient avoir comme réponse si jamais ils arrivaient à se prononcer sur l’affaire.

Vous pouvez réagir à cet article