MORT DE IBRAHIMA DIOUF : UNE VALEUR SÛRE

news-details
HOMMAGE

Le monde industriel en deuil avec le décès ce matin de Ibrahima Diouf, Directeur du Bureau de Mise à Niveau. Une vive émotion a saisi les acteurs unanimes à admettre la grosse perte de ce talentueux expert des entreprises en émergence. Rentré de France après de solides études juridiques et économiques, Ibrahima Diouf offre ses services à divers organismes et rencontre des hommes et des femmes qui travaillent à faire vivre leurs entreprises.

Il apprend vite des contacts qu’il noue et oriente ses choix de carrière vers l’appui, le soutien, l’accompagnement et l’impulsion. Cette dernière le rapproche encore plus du secteur informel dans lequel il découvre de réelles potentialités insuffisamment explorées. Volontiers discret, très porté sur l’action et peu enclin au débat stérile, il privilégie la pro-action, l’anticipation en d’autres termes, comme démarche de persuasion pour séduire et conquérir des chefs d’entreprise qui voient en lui l’avocat des causes justes mais méconnues.

Natif de Kaolack, doté de remarquables qualités humaines, Ibrahima Diouf examine à la loupe les forces et les faiblesses de notre tissu économique. Les fruits de ses réflexions pratiques font le tour des organisations patronales qui saluent en lui un esprit cartésien trempé de vertus africaines de conciliation. Cette qualité l’amène à exercer au sein de l’UNACOIS qu’il réorganise avec subtilité par une bonne préparation des dossiers de discussion, parvenant même à la doter d’instruments de négociations. La scission de cette organisation, il s’en est longtemps désolé, puis plus tard il atterrit à l’ADEPME où il prolonge le travail entamé.

Ibrahima Diouf laisse une empreinte. E-Média prie pour le repos de son âme et présente ses condoléances à ses nombreux amis, à ses parents et aux jeunes qu’il a tant aimés pour l’avoir été évidemment, convaincu que bien formés et mieux encadrés, ils incarnent l’avenir de notre pays qui se cherche une voie royale d’émergence appuyée sur les ressorts d’une économie solidaire.

Vous pouvez réagir à cet article