image

MOUSSA BALDÉ RÉPOND À ABDOUL MBAYE

image

Lors de sa dernière sortie, l’ancien Premier ministre, Abdoul Mbaye, a proclamé l’échec du PAP2A en disant que le futur Premier ministre sera nommé juste pour porter le chapeau de cet échec. Sur le sous-secteur de l’agriculture M. Mbaye a dit que : « concernant l’agriculture, mais c’est un échec total, parce qu’on ne s’en occupe pas. »

Ces déclarations ont fait sortir Moussa BALDE /MAER/ Coordonnateur du RUR, de sa réserve pour rappeler que la bonne information est que le budget consacré à l’agriculture est passé de 132 580 349 000 FCFA en 2013 à 170 915 801 689 FCFA en 2021, soit une augmentation de plus de 38 milliards en l’espace de neuf ans. "Il faudrait préciser que ce budget n’a jamais baissé depuis l’accession du Président Macky SALL à la magistrature suprême, mais au contraire est en progression continue.

Cette hausse du budget a permis entre 2014 et 2021 dans le cadre du premier Plan d’Actions prioritaires du PSE de mettre à la disposition des agriculteurs environ 2000 tracteurs, une centaine de moissonneuses batteuses, des milliers de petits équipements. Se sont également de nombreuses contraintes qui ont été levées et relatives au renforcement des équipements des unités de transformation de riz, à la bonne circulation de l’eau d’irrigation dans les parcelles, au conseil, à la protection des cultures avec l’acquisition d’un hélicoptère tout neuf et j’en passe", a-t-il dit dans un communiqué parvenu à Emedia.

S’agissant du prix de l’arachide, dit-il, il est passé de 190 FCFA à un prix plancher de 250 FCFA, soit une hausse de plus de 32%. "Jamais un Président de la République n’a autant investi dans le secteur agricole depuis notre accession à la souveraineté internationale.

En conséquence, voilà bien un secteur dont on s’occupe à la dimension des moyens dont dispose notre pays.
C’est d’ailleurs grâce à ce soutien que le secteur agricole a fait éviter une récession au Sénégal au plus fort de la crise due à la pandémie de covid-19. Nier les progrès de l’agriculture signifie remettre en cause la neutralité et la compétence des experts du FMI et de la Banque mondiale qui suivent de très près notre économie et valident son taux de croissance", a-t-il aussi déclaré.

Cheikh Moussa SARR

1er décembre 2021


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article