MOUSSA TAYE : « IL NE S’AGIT NI PLUS NI MOINS QUE D’UNE FORFAITURE »

news-details
KHALIFA SALL RECALÉ

Le conseiller politique de l’ex maire de Dakar, Khalifa Sall, Moussa Taye rejette « catégoriquement » la décision prise par le Conseil constitutionnel, qui vient de rendre public la liste provisoire des candidats déclarés à la présidentielle du 24 février 2019. Une liste de laquelle Khalifa Sall et Karim Wade sont provisoirement écartés.

Moussa Taye, qui réagit sur iRadio, parle d’une « décision incompréhensible au plan juridique ». « Il ne s’agit ni plus ni moins que d’une forfaiture de plus, cogne-t-il, arguant qu’ « il y a une manipulation excessive des juges du Conseil constitutionnel. »

Ce, d’autant plus qu’ajoute-t-il : « Et hier, lorsque j’ai entendu le ministre Ismaïla Madior Fall remettre en cause le caractère suspensif du rabat d’arrêt, j’ai compris qu’il se tramait quelque chose. Et cela a été confirmé par la longue durée durant laquelle le Conseil constitutionnel s’est réuni afin de prendre la décision. »

Le soutien de Khalifa Sall d’enfoncer le clou : « Nous condamnons cette décision qui est une décision politicienne purement et simplement et nous disons simplement que le dossier que nous avons déposé pour Khalifa Ababacar Sall est un dossier qui est conforme aux normes requises en matière d’élections. Seulement le Conseil constitutionnel lui-même, qui doit se prononcer sur un dossier déjà reçu, peut-il évoquer l’arrêt du 3 janvier dans ce dossier en sachant que le rabat d’arrêt est suspensif. » C’est la raison pour laquelle, informe-t-il, ledit camp va « s’organiser (pour) combattre la décision au plan politique. Nous nous organiserons pour ça. »
Déjà, au plan judiciaire, annonce-t-il, les avocats vont déposer un recours en rapport avec leur client, Khalifa Ababacar Sall.

Vous pouvez réagir à cet article