image

MOUSTAPHA BA PARLE DES DÉFIS ET PERSPECTIVES DU SÉNÉGAL

image

Une délégation conduite par le ministre des Finances et du Budget, Mamadou Moustapha Ba a participé, du 10 au 16 octobre à Washington, aux Assemblées annuelles 2022 regroupant les pays membres du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale. En cette occasion, note un communiqué parvenu à Emedia, le Ministre a pris part à l’événement phare de la Banque mondiale sur l’état de la région Afrique pour présenter d’une part, les défis majeurs identifiés en 2022 que sont l’inflation, le renchérissement des prix de l’énergie dans les marchés internationaux, la gestion du changement climatique et la sécurité alimentaire et d’autre part, les mesures prises pour y remédier, notamment l’élargissement des programmes de filets sociaux, le renforcement de notre souveraineté pharmaceutique et sanitaire, l’accroissement des investissements dans le domaine agricole et la résorption progressive de notre gap infrastructurel.

Mamadou Moustapha Bâ a aussi rappelé, conformément au plaidoyer du Président Macky Sall, par ailleurs Président en exercice de l’Union africaine, les besoins de l’Afrique pour la reprise et la résilience économique. Selon la cellule de communcation du ministère des Finances, « il s’agit de la réallocation du montant de 100 milliards de droits de tirages spéciaux (DTS) détenus par des pays développés en faveur des pays africains, un accès plus facile aux guichets de financement dédiés au renforcement de la sécurité alimentaire, l’ouverture du nouveau Fonds de Résilience et de Durabilité du FMI, doté d’une enveloppe de 45 milliards de dollars, aux pays africains et des financements sous forme d’appuis budgétaires pour les pays comme le Sénégal qui entreprennent des réformes à fort impact économique ».

Rappelant la nécessité pour l’Afrique d’asseoir sa souveraineté alimentaire, poursuit le communiqué, le ministre a invité ses pairs à favoriser des investissements efficients dans le domaine de l’agriculture pour maîtriser les semences adaptées aux conditions climatiques de la sous-région, une bonne maîtrise de l’eau et la production d’engrais.

Le ministre des Finances et du Budget a, toujours selon notre source, saisi l’occasion de ces rencontres pour communiquer sur « les excellentes perspectives macroéconomiques du Sénégal à la faveur de l’achèvement de la construction du projet gazier de Grand Tortue/Ahmeyim et du projet pétrolier de Sangomar, permettant au Sénégal d’atteindre, pour la première fois depuis l’indépendance, un taux de croissance à deux chiffres (10,1%), la projection la plus élevée en Afrique en 2023 ».

M.T

17 octobre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article