MOUSTAPHA GUIRASSY INTERPELLE LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

news-details
MANIFESTATIONS

Les leaders du Front de résistance nationale sont déterminés à mener le combat pour la libération de Ousmane Sono jusqu’au bout. Ces derniers, malgré l’interdiction de leur manifestation, ont défié l’autorité. Ils ont tenu leur manifestation.

Moustapha Guirassy, député et membre du FRN a, dans son intervention, interpellé directement le chef de l’Etat qui, selon lui, est le principal responsable de ce qui se passe depuis quelques jours dans ce pays.

« Les citoyens se sont exprimés depuis quelques jours. Ils ont, sur toute l’étendue du territoire, exprimé leur ras-le-bol. Ce que nous attendons du chef de l’Etat c’est qu’il fasse une déclaration. Mais depuis lors, on ne l’a pas entendu. Je ne comprends pas pourquoi il n’a pas fait une déclaration », a regretté Moustapha Guirassy. Qui ajoute : « j’ai comme l’impression que tout ce qui se passe dans ce pays le laisse froid. Cela m’inquiète. Le climat politique et social doit être apaisé et il doit être le premier à poser des actes ».

Cependant, Moustapha Guirassy a fait remarquer que, l’acte posé par le Doyen des juges relatif à la levée de l’immunité parlementaire de Ousmane Sonko dans la procédure concernant les 19 jeunes qui ont été arrêtés, inculpés et placés sous mandat de dépôt pour des faits d’appel à l’insurrection, est une volonté de compliquer les choses.

« On veut davantage comploter contre Ousmane Sonko et le mettre en prison », a soutenu M. Guirassy qui rappelle qu’il y a d’autres priorités. Il y a, selon lui, la pauvreté, la maladie du coronavirus. Il trouve anormal qu’une affaire de faits divers puisse mobiliser toute une nation.

« C’est inadmissible et anormal », regrette-t-il.

Vous pouvez réagir à cet article