Malick Sall : « Il n’y a pas de rétropédalage dans l’affaire Aliou Sall »

news-details
SCANDALE PÉTROLIER

« Je ne suis pas un procureur encore moins un juge. Celui qui s’estime diffamer dans cette affaire a saisi la justice pour que la vérité éclate » ! Ainsi, parlait le ministre de la Justice, Malick Sall le 4 juin dernier en se prononçant pour la première fois sur les révélations de la chaine britannique sur le pétrole et le gaz. Mais, quelques jours plus tard, il a saisi le procureur général pour l’ouverture d’une enquête judiciaire. Des journalistes l’ont interpellé, ce mardi, sur ce qu’ils considèrent comme un rétropédalage. « Il n’y a pas de rétropédalage, ici. Vous savez très bien pourquoi le procureur a été saisi », a rétorqué le Garde des Sceaux qui présidait un atelier régional sur les preuves liées au terrorisme pour les pays de l’Afrique de l’Ouest, en application des recommandations d’Abuja sur la collecte, l’utilisation et l’échange d’éléments de preuves aux fins de poursuites pénales de terroristes présumés.

Concernant la rencontre, Malick Sall rappelle qu’aujourd’hui plus que jamais la menace terroriste n’épargne personne. A son avis, la lutte contre cette menace de plus en plus galopante s’impose comme une nécessité de la communauté internationale. Et, la réussir exige de la préparation et de la formation pour tous les acteurs appelés à intervenir en amont comme en aval. « Il faut le renforcement continu des acteurs chargés de l’application de la loi et celui de la coopération entre acteurs. Lesquels doivent disposer de tous les leviers nécessaires pour combattre ce fléau », a indiqué le ministre de la Justice.

En effet, 17 pays y compris le Sénégal prennent part à cet atelier, de 48 heures, organisé par le ministère de la Justice en partenariat avec l’Institut International pour la Justice et l’État de Droit basé à Malte. Les participants vont discuter de l’ensemble des preuves liées au terrorisme en l’occurrence les preuves numériques, les preuves médico-légales et les testaments.

Vous pouvez réagir à cet article