Mamadou Sakho viole sa copine avant de lui fracasser la tête

news-details
Meurtre avec Barbarie et viol

Les travaux forcés à perpétuité ! Telle est la peine requise par le procureur de la République contre Mamadou Sakho, attrait, ce mercredi, à la barre de la chambre criminelle de Dakar pour meurtre avec actes de barbarie et viol commis sur la personne d’Awa Diop. Cette dernière était sa copine. Les deux entretenaient une relation amoureuse et tout allait bien jusqu’au jour où Mamadou Sakho a commencé à douter de la fidélité de sa compagne.

L’irréparable s’est produit le 11 juillet 2013. Ce jour-là, Awa Diop, sans se soucier de la colère de son petit ami, s’est rendue au lieu de travail de ce dernier pour lui demander de l’argent pour son petit déjeuner. Grande a été sa surprise quand il lui oppose un niet catégorique avant de lui débiter des insanités. Ne pouvant pas contrôler sa colère, Mamadou Sakho franchit le Rubicon. Il étrangle Awa Diop, la cogne contre le mur avant de l’assommer à coups de briques. Après son forfait, Mamadou prend la clé des champs en abandonnant la victime à l’intérieur d’un bâtiment en construction. Le corps sans vie a été découvert par les ouvriers qui ont alerté les gendarmes. Lesquels ont rappliqué dare-dare sur les lieux pour faire le constat. Les gendarmes enquêteurs relèvent des traces de sang et des cicatrices sur les parties intimes de la victime. Le certificat de genre de mort renseigne qu’elle est décédée suite à des strangulations traumatiques et de violences sexuelles. Arrêté un an après les faits et placé sous mandat de dépôt, Mamadou Sakho a, ce mercredi, face au juge reconnu partiellement les faits qui lui ont valu sa comparution. Il admet être l’auteur du meurtre mais soutient qu’il ne l’a pas violée. Ses dénégations n’ont pas convaincu le parquet qui a requis la peine de travaux forcés à perpétuité. Les avocats de la défense ont plaidé l’application bienveillante de la loi. L’affaire est mise en délibéré pour jugement qui sera rendu le 25 juin prochain.

Vous pouvez réagir à cet article