Me MOUSSA SARR PREND LE DOSSIER GF / ZAMALEK EN MAIN : « LA CAF A PERDU TOUTE CRÉDIBILITÉ »

news-details
JUSTICE SPORTIVE

L’avocat, Me Moussa Sarr, a été commis par le club sénégalais Génération Foot, dans le cadre du contentieux qui l’oppose au Zamalek du Caire, son adversaire lors du dernier tour préliminaire de la Ligue des Champions. L’affaire, qui a quitté les pelouses pour se jouer sur le terrain juridique, pourrait finir sa course au Tribunal arbitral du Sport (TAS). Une perspective qui n’inquiète nullement la robe noire, qui avait conduit avec succès, le dossier de l’US Ouakam contre la Ligue sénégalaise de football professionnel et le Stade de Mbour, il y a deux ans. Il nous fait ici une présentation du dossier qu’il vient de prendre en main.


LE DOSSIER

« J’ai été pressenti par Génération Foot, dans le cadre du pré-contentieux qui l’oppose au club de Zamalek et qui est présentement pendant devant la justice et s’il n’y a pas une solution favorable dans le sens de mon client qui est GF, naturellement, nous irons au Tribunal arbitral du Sport. Ce qu’il y a lieu de retenir pour le moment, c’est que GF est parfaitement dans son droit. »

LES TEXTES
« La délocalisation et le changement de la programmation du match n’est pas conforme au règlement de la CAF. Pour deux raisons. La première, il appartient seul et exclusivement, à la Commission interclubs (de la CAF) de fixer les dates et les lieux des matchs. Et s’il y a un besoin de changement, à défaut d’accord des parties, il appartient à la Commission interclubs de procéder à un changement de lieu et de date si on est en cas de force majeure (insécurité par exemple). Et en l’espèce, il n’y a pas de problème d’insécurité. »

LES ARGUMENTS DE ZAMALEK
« C’est un prétexte. C’est absolument faux. Ça relève de l’imagination du Zamalek, qui ne voulait pas jouer au Caire et voulait créer les conditions d’un débâcle de Génération Foot. C’était un piège. C’était archi-faux d’autant plus que le 26 et le 28, des matchs ont été joués au Caire. Ce n’est ni cohérent ni fondé de soutenir qu’il y avait un problème de sécurité... Heureusement que les dirigeants de Génération Foot ont été vigilants pour éviter le piège. Génération est parfaitement dans son bon droit et nous espérons que la CAF va lui donner raison. »

LE RÔLE D’ANTHONY BAFFOE
« J’attire l’attention de l’opinion publique. Ce qui est encore plus grave, c’est que ce changement de programme a été décidé de façon unilatérale sur la base d’un courrier de Anthony Baffoe, Secrétaire général adjoint de la CAF chargé de la Commission du football et du Développement, qui n’est pas la Commission interclubs. L’acte qui a été pris par Baffoe n’est même pas une convocation. C’est une lettre d’information et il n’a aucune compétence pour ça. C’est acte, juridiquement, est un acte inexistant. On ne sait pas dans quelles conditions que Monsieur Baffoe qui n’a aucune qualité, a envoyé cette lettre d’information. Il faudrait, au niveau de la CAF, qu’on arrête ces machinations. Elle a perdu toute crédibilité, raison pour laquelle la FIFA lui a envoyé Madame Samoura pour mettre un peu d’ordre. »

Vous pouvez réagir à cet article