NDIASSANE : UNE LONGUE PROCESSION ACCOMPAGNE BACHIR KOUNTA À SA DERNIÈRE DEMEURE

news-details
NECROLOGIE

Une longue procession a accompagné vendredi l’ancien journaliste et dignitaire religieux Ahmed Bachir Kounta au cimetière de Ndiassane où il repose désormais, a constaté l’APS. C’est au moment de l’appel à la prière de Takussan, la troisième prière musulmane qu’une foule immense a pris départ de la grande mosquée de Ndiassane vers le cimetière, sur près d’un kilomètre.

Le cortège funéraire escorté par la gendarmerie, était arrivé à la mosquée vers les coups de 14 heures, au moment où l’imam s’apprêtait à démarrer son sermon de la prière du vendredi. Plusieurs personnalités et hommes de médias dont des cadres de la Radiodiffusion télévision sénégalaise (RTS) étaient présents. Le ministre d’État Ousmane Ngom, ami proche du défunt était sur place depuis la matinée.

Il a été rejoint après l’inhumation, par une délégation gouvernementale conduite par le ministre de la Santé et de l’action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr. Il était accompagné de ses collègues de la Communication, Abdoulaye Baldé, des Transports, Abdou Ndéné Sall, du vice-président de l’Assemblée nationale, Abdou Mbow. L’administration déconcentrée était représentée par le gouverneur, Amadou Sy et le préfet de Tivaouane, Makane Mbengue.

"C’est un patrimoine national que le Sénégal a perdu", a dit Abdoulaye Diouf Sarr, selon qui, Bachir Kounta jusqu’aux derniers instants de sa vie, travaillait pour le pays. Il a salué la mémoire d’un homme épris de paix et d’un "négociateur hors pair" qui avait la confiance du Chef de l’État et la première dame. Cette dernière lui avait récemment confié la sensibilisation sur le projet Rahma au profit des personnes âgées.

Quant au chef de l’État, il tenait à ce que ses discours à la nation soient traduits en wolof par Bachir Kounta, a noté Bécaye Mbaye, animateur à la télévision nationale. M. Mbaye a souligné l’attachement du défunt à la RTS qui faisait encore appel à lui, 27 ans après sa retraite. "C’est notre moitié qu’on enterrait tout à l’heure", a dit Ousmane Ngom. Il a loué les qualités d’un homme "multidimensionnel" qui inculquait à travers ses interventions, les valeurs religieuses, de patriotisme, ainsi que la maîtrise de la langue wolof.

Décédé jeudi, ses funérailles sont prévues dimanche et seront couplées avec celles de sa belle-mère qui a rendu l’âme la semaine dernière, a annoncé Sidil Makhtar, au nom de sa famille.

Vous pouvez réagir à cet article