image

NÉGOCIATIONS ÉTAT/SYNDICATS D’ENSEIGNANTS : C’EST TOUJOURS L’IMPASSE

image

Le gouvernement du Sénégal s’engage à décaisser près de 69 milliards F CFA, pour satisfaire les revendications du G7 (Groupe des syndicats d’enseignants les plus représentatifs).

Les propositions tournent autour de huit points dont la défiscalisation à 100% de l’indemnité de logement, du relèvement de l’indemnité d’enseignement de 50 à 60%, de l’augmentation de 100% de la prime scolaire. Par ailleurs, l’État a promis de mettre au moins 75 000 F CFA de plus sur l’indemnité de contrôle et d’encadrement.

"Ces propositions viennent s’ajouter aux efforts déjà importants qui ont été faits par le gouvernement dans le sens de la satisfaction du protocole d’accords qui a été signé en 2014", a déclaré le ministre des Finances et du Budget, Abdoulaye Daouda Diallo, repris par Le Soleil.

En face, prenant la parole au nom de G7, au sortir de la rencontre avec le gouvernement, le Secrétaire général du Syndicat des enseignants libres du Sénégal (SELS), Hamidou Diedhiou, a jugé insuffisantes ces offres. "Nous ne sommes pas dans les chiffres", a-t-il motivé.

Du coup, l’école sénégalaise n’est pas encore sortie de l’auberge. Après avoir rejeté les propositions du gouvernement, les syndicats d’enseignants en grève depuis la rentrée scolaire ont décidé de poursuivre leur plan d’actions, le huitième, à compter de ce lundi 14 février. Le plan sera marqué par un port de brassages rouges, dans les écoles sur l’étendue du territoire national et par un débrayage à partir de 09 heures, demain mardi. Ce mouvement sera suivi d’une grève totale mercredi.

De leurs côtés, les parents d’élèves ont manifesté une "profonde inquiétude" et leur "regret" de voir la situation de l’école sénégalaise se détériorer. Ils appellent le gouvernement et les enseignants à poursuivre les négociations pour un accord durable.

DIÉ BÂ

14 février 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article