« NGAAKA BLINDÉ A FAIT UNE ERREUR DE JEUNESSE »

news-details
ME MOUSTAPHA DIENG, AVOCAT

Baba Ndiaye à l’état-civil, le rappeur Ngaaka Blindé est toujours en prison pour contrefaçon, falsification et altération de signes monétaires. La Chambre criminelle s’est dessaisie de cette affaire qui doit, maintenant, être jugée devant le tribunal correctionnel de Dakar. Mais, l’enrôlement de ce dossier tarde à être fait alors que les avocats de la défense l’avaient annoncé pour ce mois de novembre. « Le Procureur a promis d’enrôler cette affaire courant mois de novembre. Il s’y attèle et cette affaire sera jugée, peut-être, avant la fin du mois », informe son avocat Me Moustapha Dieng, qui au passage déplore les conditions de détention de son client.

Selon la robe noire, Ngaaka Blindé vit difficilement son incarcération. « Il a été même au pavillon spécial. Je ne peux pas révéler le secret médical mais il est malade », a soutenu M. Dieng. Sur les faits qui sont retenus contre son client, Me Dieng est formel. Il déclare haut et fort qu’il n’a jamais été question pour Ngaaka Blindé de verser dans le trafic de faux billets.

Me Moustapha Dieng, avocat de Ngaaka Blindé

Quid des faux billets qui ont été trouvés par devers lui ? Me Dieng recadre : « Les faux billets dont on parle sont des coupures vulgaires colorées qui avaient été faites pour les besoins du clip. C’est une erreur de jeunesse et une erreur se pardonne ». Une autorisation auprès de l’autorité de la Banque mondiale aurait épargné Ngaaka Blindé tous ces déboires judiciaires. C’est du moins ce que pense son conseil.

Mais, regrette-t-il : « Les artistes sont comme ils sont. Ce sont des gens qui fonctionnent avec le cœur, qui n’ont pas en vue le respect scrupuleux de certaines démarches. Il ne pensait pas faire mal ».

Toutefois, Me Moustapha Dieng est optimiste. Il pense que le prévenu humera bientôt l’air de la liberté. « Je pense que s’il est jugé par le tribunal correctionnel, Ngaaka Blindé sera libre. Je ne dirai pas qu’il n’a rien fait mais il y a eu une négligence de sa part », a indiqué l’avocat, qui est également celui du douanier Cheikhou Diop, ancien Chef de poste à l’AIBD, décédé au début du mois d’octobre dans des conditions non encore élucidées.

Vous pouvez réagir à cet article