image

NGOUDA MBOUP PARLE DE LA PORTÉE DE L’ACCORD DE PAIX ENTRE L’ÉTAT ET LE MFDC

image

Pr Ngouda Mboup accueille « avec intérêt » la signature de l’accord de paix, à Bissau, entre le Sénégal et le MFDC, sous l’égide du président de la Guinée-Bissau, Umaro Sissoco Embaló. L’invité du JDD a commencé par féliciter « l’Armée sénégalaise qui a acculé le MFDC jusque dans ses derniers retranchements ». Avant d’apprécier le rôle joué par le président Bissau-Guinéen, rappelant que ce dernier « a même parlé avec des acteurs de l’opposition sénégalaise » (Ousmane Sonko).
« Cela augure des lendemains meilleurs pour un Sénégal de paix. Pour la question des pôles de développement, la Casamance était une priorité » pour le pouvoir, en déduit-il.

Poursuivant, il relèvera ce paradoxe : « concernant le président de la République et son camp, ils ont perdu là où ils ont le plus investi (le Sud) et gagné là où ils ont le moins investi (le Nord). D’où son plaidoyer contre l’ethnicisme : « le Sénégal est un et indivisible et multiculturel aussi. C’est là où on doit insister sur la cohésion nationale et dire que de tous les camps, les Sénégalais ont été à la hauteur des enjeux ».

Par conséquent, « les acteurs sont tenus de se parler », a-t-il tranché.
Des rebelles, représenté par César Atoute Badiate, ont pris l’engagement de déposer les armes et de travailler pour le retour définitif de la paix en Casamance. La Guinée-Bissau sera la partie garante et doit s’impliquer dans l’application effective de l’accord, qui passera par le recensement des effectifs, entre autres.

Die BA
Abdoulaye SYLLA (Photo)

7 août 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article