NICOLAS NDIAYE DÉPLORE L’ABSENCE DE DOS D’ÂNE RÉGLEMENTAIRES

news-details
ACCIDENT DU VÉHICULE PRÉSIDENTIEL

L’accident du véhicule du Chef de l’Etat, Macky Sall, en juillet dernier, à l’entrée de Nguéniène, lors des funérailles du défunt président du Haut conseil des collectivités territoriales (HCCT), Ousmane Tanor Dieng, s’invite au débat du marathon budgétaire. Lequel concerne aujourd’hui mercredi, 4 décembre, le ministère des Infrastructures routières, des Transports routiers et du Désenclavement, de Me Oumar Youm

Le chef de l’Etat, Macky Sall a été évacué de sa limousine, ayant pris feu. Il avait fallu l’intervention des sapeurs-pompiers, sur place, pour maîtriser les flammes très vite.

« Les populations ont érigé des dos d’ânes qui ne sont pas réglementaires, souligne le député Nicolas Ndiaye, allié du chef de l’Etat, Macky Sall. De Ngazobil à Nguéniène, les populations sont obligées de mettre ces (remparts). Parce que, les camions venant de Jaol, traversent les villages à grande vitesse, causant des accidents très souvent mortels. » D’où son plaidoyer pour que la construction d’infrastructures routières se fasse avec l’érection de dos d’ânes réglementaires.

Dans un autre registre, le même député, mettant en avant l’expérience du Ghana, réclame « le renforcement » du Fonds d’entretien routier autonome (FERA).

Sur ce point, le député Cheikh Seck, de la majorité parlementaire, Benno Bokk Yakaar (BBY, mouvance présidentielle) indique « qu’il est urgent que la TUR (Taxe d’usage de la route) soit reversé au FERA ». Car, explique le responsable socialiste : « Notre pays, à l’instar de ses homologues africains, a créé le (FERA) en 2007 afin de maintenir à un haut niveau du service routier. Ce fonds a permis une nette amélioration des ressources allouées à l’entretien routier, et au relèvement considérable de la qualité de nos routes. Cette belle performance a été obtenue grâce à la mise en place de la (TUR), créée par décret n°2008-85, instituant une taxe parafiscale au profit du FERA, et modifiée par le décret 2011-336. Cette TUR a permis d’assurer, depuis sa création, un paiement régulier des entreprises intervenants dans les différents programmes d’entretien routier et de lever les fonds sur le marché, et réduire considérablement la contribution de l’Etat. Mais malheureusement, depuis 2018, le 19 décembre, dans le Projet de loi des finances (PLF) pour l’année 2019, la TUR a été versée dans le budget de l’Etat. Depuis cette date, le FERA connait beaucoup de problèmes. Le moment est venu de régler définitivement ce problème ».

Vous pouvez réagir à cet article