« NOIRS COSTAUDS » ET « BLANCS INTELLIGENTS » : COMMENT LE SPORT ENTRETIENT LES PRÉJUGÉS RACIAUX

news-details
FICHAGE ETHNIQUE

Le fichage ethnique au PSG, révélé par les « Football Leaks », rappelle que le sport a souvent fait le lien entre couleur de peau et compétences présumées.

C’est l’autre aspect des révélations d’« Envoyé spécial » et Mediapart sur le fichage ethnique au Paris-Saint-Germain, à partir des « Football Leaks » : les préjugés raciaux demeurent répandus dans le football français. Comme si « l’affaire des quotas » à la fédération française ne lui avait pas permis de faire sa révolution.

En 2010, la direction technique nationale s’interrogeait sur une limite de joueurs binationaux à former et sur la diversification du recrutement à mener dans le football français. Laurent Blanc, sélectionneur, déplorait que l’on forme toujours les mêmes types de joueurs : « Qu’est-ce qu’il y a actuellement comme grands, costauds, puissants ? Les blacks. Et c’est comme ça. »

Erick Mombaerts, sélectionneur des Espoirs, suggérait de « s’attaquer à quelques croyances bien établies » et de prioriser le jeu au détriment de la performance individuelle. « Mais le jeu, forcément, ça va être d’intégrer d’autres types de joueurs. Parce que le jeu, c’est l’intelligence, donc c’est d’autres types de joueurs. »


Pogba lors d’un match entre la Russie et la France

En termes de croyances établies, en voilà une qui a la vie dure : les Noirs sont costauds mais bêtes comme leurs pieds et les Blancs chétifs mais dotés d’une vision du jeu à la Platini. C’est à la fois par crainte du communautarisme et pour chercher des profils de joueurs différents que le PSG s’est mis à classer ses recrues sur des critères ethniques, selon des recruteurs du club témoignant anonymement pour Envoyé spécial et Mediapart.

Ces profils, dans l’esprit des recruteurs et de leurs dirigeants, ne peuvent correspondre à des joueurs noirs : « On cherchait des joueurs qui apportaient un plus au niveau de l’intelligence de jeu », dit l’un. « On recherchait pas des profils blacks, costauds, etc. On recherchait plutôt des footballeurs avec une très bonne intelligence de jeu », renchérit l’autre.

Des préjugés répandus chez les recruteurs et les joueurs

Au tournant des années 2000, la Ligue 1 de football se forge la réputation de championnat le plus physique d’Europe. La capacité à gagner un duel est « le » critère de sélection d’un jeune. C’est avant que le jeu de passes du FC Barcelone et de l’Espagne, symbolisé par trois joueurs de 1,70 m environ (Lionel Messi, Xavi, Andrès Iniesta), ne conquière le monde. Cela incite le football français, qui vient d’écarter de ses centres de formation un certain Antoine Griezmann, jugé « trop petit », à enlever ses œillères.

La diversification ethnique se superpose à l’ouverture stylistique. Dans l’esprit des formateurs, puisque vitesse et force physique sont l’apanage des Noirs, la facilité technique et le sens tactique seront celui des Blancs. C’est ce qu’a observé Sébastien Chavignier, auteur en 2010 d’un mémoire de sociologie à Sciences-Po Paris sur les joueurs noirs dans le football français, réalisé à partir d’une enquête de terrain dans les centres de formation.

« Ces préjugés, souvent vagues dans leur formulation, s’articulent autour de “différences génétiques” supposées. Ces croyances racialistes expliqueraient le surcroît d’explosivité ou la puberté plus précoce des jeunes Noirs », explique-t-il en 2011 à Libération. Ces croyances sont aussi répandues chez les joueurs, y compris chez les Noirs, « qui, du coup, cherchaient consciemment à adopter un style de jeu basé sur ces qualités ».

Une spécificité française ? En 2009, le directeur de l’Académie de football de Feyenoord au Ghana, Karel Brokken, dit à So Foot : « Je constate que les joueurs africains évoluant en France possèdent tous ce profil extrêmement physique. Contrairement à la Belgique où on retrouve un peu plus de diversité, y compris des joueurs petits et techniques. »

L’offre africaine s’est adaptée à la demande européenne, hormis quelques exceptions comme les Ivoiriens formés par Jean-Marc Guillou : Gervinho, Bakary Koné ou Salomon Kalou n’étaient pas des armoires à glace. Dans les grands championnats, les Noirs sont surreprésentés en défense centrale et sous-représentés en meneurs de jeu. Des Africains jouant numéro 10 en sélection ont été positionnés un cran plus bas dans leur club européen.

LIRE LA SUITE SUR LEMONDE.FR...

Vous pouvez réagir à cet article