image

EL HADJI DIOUF RÉPOND À AHMED HASSAN

image

C’est un Dioufy moins provocateur que d’habitude qui est arrivé à l’aéroport international du Caire. Posé, l’ancien attaquant des Lions a balisé le chemin du succès face à des Pharaons qui seront revanchards. En réponse aux propos d’Ahmed Hassan, El Hadji Diouf a préféré jouer la carte de l’humilité, histoire de faire baisser l’euphorie ambiante.

El Hadji, comment appréhendez-vous ce match qui attend le Sénégal ce vendredi, au stade international du Caire ?

« Avec confiance parce qu’aujourd’hui, on a des jeunes qui sont très bons et surtout concentrés et concernés. On respecte cette équipe égyptienne. C’est une très bonne équipe et je sais que cela ne va pas être facile. C’est deux titans du football africain qui vont se rencontrer. C’est dommage que les deux titans-là se rencontrent parce que je sais que s’ils ne se croisaient pas ils allaient tous les deux se qualifier pour la Coupe du monde. Maintenant, on est venu, ici, pour défendre nos chances et avoir un résultat positif. »

Avant la CAN, on vous sentait très provocateur en annonçant le sacre certain du Sénégal. Aujourd’hui, on vous sent un peu plus mesuré…

« Le contexte n’est pas le même parce qu’aujourd’hui, on va rencontrer une équipe à qui on a privé de la Coupe d’Afrique des Nations. Ils vont être très revanchards. Aujourd’hui, on parle de la Coupe du monde. C’est encore un cran au-dessus. Si on regarde les deux équipes et leurs joueurs, ils ont tous envie de (la) jouer. Mais, il y en aura une (équipe) qui va rester à la maison. Donc ça va être un match où la première mi-temps va se jouer ici (au Caire) et la seconde à Dakar. Maintenant, on est venu faire un match sérieux, en espérant que la fête va être belle et que tout se jouera dans le fair-play. C’est un match où l’équipe qui va gagner la bataille physique, celle qui aura le moins de pression à l’extérieur, aura le dessus. »

Le fait de devoir jouer face à un adversaire qu’on a battu il y a un mois et demi en finale risque-t-il de compliquer davantage ce contexte que vous évoquez ?

« Bien sûr c’est ce qui fait le charme de ce match. Parce que c’est une équipe qu’on a éliminée, une équipe revancharde, qui a envie de se rattraper devant son public, une équipe qui a envie de finir le job chez elle. Maintenant, c’est à nous d’être solides au match aller et de gagner avec l’apport du public, au retour. »

La légende égyptienne, Ahmed Hassan, a adressé une pique aux Lions, en disant que le Sénégal n’a ni Messi ni Mbappé…

« C’est vrai qu’Ahmed Hassan a dit qu’on n’a pas Mbappé ni Messi, mais je pense que l’Égypte doit être fier d’avoir Salah. En tout cas, nous, au Sénégal, sommes fiers d’avoir Sadio Mané. On n’a rien à envier à qui que ce soit, qu’il se nomme Messi ou Mbappé. Je sais que Sadio, c’est un garçon intelligent et c’est quelqu’un aujourd’hui qui va mettre toute sa qualité au service de l’équipe du Sénégal comme Mo Salah aussi, même si ce n’est pas un match de Salah ni de Sadio mais c’est un match Sénégal contre Égypte.. »

Quel discours faut-il tenir aux joueurs pour éviter de tomber dans le piège de l’euphorie du sacre à la CAN ?

« Ces joueurs, ce sont des professionnels, je vis quasiment avec eux et je peux vous dire que leur état d’esprit est remarquable. Ce qui fait la différence avec des professionnels de ce niveau, c’est qu’on gagne aujourd’hui, on fait la fête mais juste après on oublie tout pour faire focus sur l’objectif suivant. Aujourd’hui, ils sont concentrés sur autre chose : aller au Qatar jouer une Coupe du monde qui est pour tout footballeur un peu comme ce que le pèlerinage à La Mecque représente pour le musulman. »

De nos envoyés spéciaux au Caire
BNF, Pape M. DIAW et Sidy NIANG

24 mars 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article