image

« NOUS AVONS UN NIVEAU DE SATISFACTION DE 80% APRÈS LE CRD SUR LE MAGAL »

image

Le grand Magal de Touba sera célébré, le 15 ou le 16 septembre prochain. En prélude à ce grand événement religieux, le Jury du Dimanche a reçu Cheikh Abdoul Ahad Mbacké Gaindé Fatma, président de la commission Culture et Communication du grand Magal de Touba. Sur les ondes de la 90.3, Iradio, il est revenu sur les mesures qui ont été prises lors du Crd avec le ministre de l’Intérieur, ce vendredi. Auparavant, il a rappelé que le Magal est aujourd’hui un événement planétaire qui regroupe près de 5 millions de personnes. Et pour cette année, il est célébré dans un contexte particulier avec l’hivernage.

« Depuis maintenant quatre mois il y’a des réunions qui se tiennent d’abord à Touba ensuite à Dakar avec le ministre de l’Intérieur pour voir les dispositions à prendre pour la bonne organisation du Magal. Et ce qui ressort de ce Crd, c’est que sur 137 mesures, il y’a 29 qui ont déjà été exécutées. 48 sont en cours d’exécution et ça reste 60 mesures. Parmi ces 60 mesures il y’a 30 qui concernent les forces de l’ordre. Il faut dire qu’on a obtenu 80% de satisfaction. Et les autres mesures vont être exécutées d’ici le Magal », a-t-il soutenu.

À la question de savoir quelle la date retenue pour le Magal, il a rétorqué qu’ils attendent l’apparition du croissant lunaire pour fixer la date officielle. « Mais retenez que c’est entre le 15 et le 16 septembre. On est à l’écoute de la commission », a-t-il dit. Concernant les inondations, explique-t-il, le plan Orsec a été déclenché et il y’a aussi beaucoup de dispositions qui ont été prises pour soulager les populations. Toutefois, reconnaît-il, il reste encore du travail même si l’Etat du Sénégal, la communauté mouride et beaucoup d’acteurs qui font dans le bénévolat s’activent pour soulager les sinistrés.

« Cheikh Ahmadou Bamba disait que le Magal est un jour de fête. C’est difficile pour nous organisateurs de voir certaines populations être dans les eaux. Mais, les inondations sont un phénomène mondial aujourd’hui. Malheureusement, on a investi dans ce secteur tardivement pour tenter de régler ce problème. Mais je pense qu’avec les investissements qui sont en train d’être faits, les choses vont changer. Le khalife général des Mourides également participe de façon massive à cet effet », a-t-il ajouté.

Cheikh Moussa SARR
Pape Doudou DIALLO (photo)

28 août 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article