NUAGE DE POUSSIÈRE : L’ISRA ÉVOQUE L’IMPACT SUR LA PRODUCTIVITÉ

news-details
ENVIRONNEMENT ET AGRICULTURE

Après les désagréments ressentis, la vague de poussière fait planer des risques sur les activités agricoles, avec un impact sur la productivité. L’alerte est sonnée par Dr Alioune Fall, le Directeur général de l’Institut sénégalais de recherches agricoles (ISRA). Indiquant que les changements climatiques sont vécus maintenant au quotidien, et c’est ce qui explique cette vague de poussière.

Dans les colonnes de l’As, l’expert détaille que la plante a besoin d’un support. Il s’agit du sol, et dans ces conditions, elle grandit et découvre l’atmosphère. Elle grandit donc avec les échanges qu’il y a entre le sol et l’atmosphère. Mais aujourd’hui, il indique qu’il y a de la poussière partout, et à la maison, l’ordre est toujours donné de l’enlever sur les tables, par exemple. Mais qui enlève la poussière sur les feuilles des plantes ? S’interroge-t-il, soulignant que si cette poussière n’est pas enlevée, il n’y aura pas suffisamment de communication entre la plante, et l’atmosphère, ainsi elle va être rudement pénalisée. Et dans ces conditions, il y aura forcément une baisse de la productivité.

D’après lui, dans d’autres pays, la pluie vient tout nettoyer après le passage de la poussière mais ici ça continue. D’où sa recommandation à commencer à développer des stratégies comme la culture sous serre, offrant à la plante un environnement confiné. Ce, dans le cadre de stratégies de résilience.

« Actuellement, nous n’avons pas suffisamment de technologies, d’innovations pour permettre de continuer le travail dans le contexte de changement climatique. D’où l’importance de ce projet qui va étudier les déterminants de cette vulnérabilité sur des propositions, en ce qui concerne les innovations, les technologies appropriées, pour permettre aux producteurs qui sont dans la zone des Niayes d’y rester et de continuer à produire ».

Dr Alioune Fall s’exprimait lors du lancement des études de vulnérabilité réalisées dans le cadre de la mise en œuvre des activités du projet Sécurité alimentaire : une agriculture adaptée (SAGA), en partenariat avec l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Vous pouvez réagir à cet article