« Nous avons un système éducatif crédible mais... »

news-details
EDUCATION

Issu de la vieille école, Assane Ndiaye, le lauréat de l’édition 2017 du Grand Prix du Chef de l’Etat pour l’Enseignant, sélectionné parmi les 50 nominés pour l’édition 2019 du Prix mondial de l’Enseignant (Global Teacher Prize), jette un regard sur le système éducatif. « Nous avons un système crédible », relève-t-il d’emblée. Avant d’expliquer que « le système a toujours produit de grandes sommités », citant Cheikh Anta Diop et El Bachir Diagne, en exemple. « Cela veut dire que la vieille école a produit de la bonne graine », conclut-il.
Mais, à en croire le Professeur de Lettres modernes au Lycée de Mbacké 2, les Technologies de l’Information et de la communication (Tic) n’ont pas arrangé les choses. Il dit : « A l’heure où nous parlons de la mondialisation avec les effets pervers des nouveaux objets technologiques, on assiste parfois à une dégringolade parce que les élèves ne lisent plus. Qui cesse d’apprendre doit cesser d’enseigner, au niveau des enseignants aussi. Il faut que les gens continuent à lire parce que le sage Platon a dit : « La lecture est la source du savoir. La lecture est à l’esprit ce que la nourriture est au corps ». Donc, il faudrait qu’on continue à lire, à se documenter pour pouvoir être au top en tant qu’enseignant ou bien en tant qu’élève. »

« Les syndicats d’enseignants doivent savoir raison garder »

Aussi, ajoute-t-il : « les grèves ne sont pas bonnes pour un système éducatif. C’est vrai que les syndicats d’enseignants sont dans leur rôle, revendiquer pour améliorer les conditions de travail. Mais, il faut savoir raison garder parce que nous sommes dans un système où tout le monde doit jouer le jeu. L’Etat doit également jouer le jeu. ».

Pour ce faire, recommande l’enseignant, « il est bon, chaque fois, de s’asseoir autour d’une table pour négocier. Cela nous permettra de désamorcer la bombe parce qu’on l’a fait récemment. Le Premier ministre avait accueilli les syndicats, ils ont discuté et ils ont trouvé un compromis. Si on adopte cette même stratégie, je pense qu’on pourrait pacifier l’espace scolaire. »

Vous pouvez réagir à cet article