OBSTRUCTION DE LA VOIE PUBLIQUE : ABDOU KARIM FOFANA ANNONCE DES SANCTIONS

news-details
JURY DU DIMANCHE

Le ministre de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène publique veut faire le grand ménage.

Invité de l’émission Jury du dimanche, sur Iradio (90.3), il a annoncé des sanctions contre ceux qui obstruent, anarchiquement, les voies publiques. Estimant que la question de la salubrité c’est aussi celle de l’ensablement et de la gestion des chantiers, le ministre désire, d’ici la fin de l’année, que des sanctions soient prises à l’encontre de tous ces constructeurs qui laissent sur la voie publique leur gravats de chantier. Car, pour lui, on peut construire sans salir, en maitrisant les espaces.

Toujours sur le suivi des opérations de désencombrements, il a exprimé son souhait d’avoir une brigade des agents de sécurité de proximité (ASP) accompagnés des forces de la police qui puisse verbaliser. « Il faut sanctionner pour que les gens changent de comportement », martèle-t-il.

Pour ce qui est de la question de l’hygiène publique, il informe qu’ils sont sur une démarche avec un comité national sur la propreté et l’hygiène publique. Mais, ils procèdent petit à petit d’autant plus que leur intervention doit être organisée. « Il faut que notre action soit séquencée avec des jalons et des résultats chaque mois. Donc, on ne peut pas se permettre d’agir n’importe comment. Mais, tout le Sénégal constitue une priorité et nous allons agir avec les comités départementaux. Il ne nécessite pas tout le temps la présence du ministre pour que les choses marchent », souligne-t-il.

A la question de savoir quand est-ce que le président de la République va descendre sur le terrain pour participer aux opérations de propreté, le ministre rétorque : « C’était prévu pour le mois de juillet mais il y a eu une succession d’évènements qui a fait que notre calendrier a été réorganisé. C’est prévu maintenant pour le mois de septembre prochain ».

En effet, il convient de signaler que l’Etat du Sénégal a pris des mesures pour accompagner ces opérations de désencombrement. Ainsi, dans l’objectif d’organiser l’espace publique sénégalaise comme partout ailleurs dans les grandes villes développées, le ministre indique que ses services sont en train de structurer une zone de 50 hectares entre « Dougar et Sebi-Ponty » pour pouvoir y installer les mécaniciens.

En outre, il estime qu’il faut réorganiser le commerce. Pour ce faire, il renseigne que des réflexions sont en cours en vue d’apporter des solutions. De même, il a indiqué qu’ils sont en train de réfléchir sur le projet de récupérer les carcasses des véhicules et de les mettre en mer pour permettre aux poissons de s’y reproduire. « On est en train d’y travailler. On n’a pas encore saisi le ministère de l’Economie maritime, mais, c’est un sujet important », explique-t-il.

Vous pouvez réagir à cet article