OCTOBRE, MOIS LE PLUS CHAUD

news-details
CHRONIQUE

Ils sont morts atrocement dans la chaleur de la nuit. Sous les décombres d’un immeuble décati. Nouveau drame au sortir duquel on écrase une larme. Vite essuyé. Puis, on avance. Nos vies sont aussi faites de malheurs. Le logement est devenu inaccessible. La baisse des normes suit la courbe de la pauvreté. Les attitudes de survie construisent les toiles d’araignées. L’époque est révolue où le Président Senghor empêchait à son ministre de transformer sa maison de la Sicap afin de préserver l’harmonie architecturale. En ces temps-là, le pays n’était pas encore sous-administrée.

L’administration a-t-elle bien fonctionné dans l’affaire présumée de trafic de migrants ? Il est permis d’en douter. Les honorables députés qui sont à deux doigts d’être défroqués ne peuvent pas être les seuls lampistes à incandescence. Il faut nettoyer les écuries d’Augias à l’eau chaude.

La canicule s’est invitée dans la tragédie qui a emporté Cheikh Niass après sa garde à vue. L’effet collatéral, cette lettre du chef de poste de la police de wakhinane transpirant une colère froide. Muté à l’école nationale de police, le commissaire Ahmet Bechir Ndiaye a fait étalage d’une trop grande liberté de ton. La tenue impose la retenue. En toutes circonstances.

Détenu à nouveau, Guy Marius a dévissé en caricaturant la devise de la maréchaussée. Les forces de défense et de sécurité ne sauraient être vilipendées. Il se fait encore prendre comme un bleu.

Le bleu de chauffe, couleur fétiche de Maître Wade. Cœur magnanime, il offre la chaleur de son cadastre, les pieds dans les eaux chaudes et turquoises à Alpha Conde. Deux icônes adulées pour les sacrifices antérieurs mais qui ont malheureusement raté leur sortie. Battre le fer tant qu’il est chaud, c’est aussi de la grande politique.

Les élections locales ne peuvent pas être un moment pour la politicaille. La route est parsemée d’embûches. 85 jours avant le scrutin, le dépôt des dossiers de candidatures doit être fait. La surchauffe sera inévitable en raison du suffrage direct et des ambitions loufoques des impétrants. À la fin de ce mois, il y’aura autant d’esprits chauffés à blanc que de douches froides.

Vous pouvez réagir à cet article