« ON PEUT PAS FAIRE AVANCER LE PAYS SANS NOS CHEFS RELIGIEUX ET COUTUMIERS »

news-details
DR ABDOURAHMANE DIOUF

Une ’’Démocratie de concordance’’ fera l’objet d’un livre. Son auteur, Dc Abdourakhmane Diouf, a livré sur le plateau d’Iftar, quelques extraits de son futur ouvrage.

Cette nouvelle forme démocratie, qu’il pense propre au Sénégal, sera beaucoup plus ouverte aux religieux et chefs coutumiers. Selon M. Diouf, ces deux catégories sociales sont des identités remarquables dans le fonctionnement de la société sénégalaise. Et pourtant, elles ne sont pas prises en compte dans la République. Sur un chapitre de ce futur ouvrage, dénommé ; ’’Les Angles Morts’’, l’ex collaborateur d’Idrissa Seck y expliquera comment les personnalités religieuses et coutumières vont avoir une place dans la ’’nouvelle’’ République qu’il propose aux Sénégalais. « Nous avons diagnostiqué le problème. La réflexion pour dégager des pistes de solution et nous allons l’écrire dans un livre », explique Diouf. Qui demeure convaincu que « l’on ne peut pas faire avancer le Sénégal sans ces figures ».

Concernant toujours la ’’nouvelle’’ République qu’il préconise, l’Expert en négociation commerce international préconise des concertations pour plus de nationalisme dans l’économie. Dr Diouf trouve incompréhensible que des étrangers mettent la main, en majorité, dans tous les secteurs de la vie économique du pays. Pour renverser la tendance, il préconise le groupement des champions nationaux avec un appui de l’Etat. « Si nous avions de sérieuses concertations, notre ciment, électricité, eau, télécommunication, nous allons nous l’approprier », a-t-il plaidé.

Vous pouvez réagir à cet article