image

« ON S’ATTENDAIT À CE QUE LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL APPLIQUE LA LOI ÉLECTORALE » (I. H. DEME)

image

À la tête du parti ETIC ( Ensemble pour le Travail Integrité Citoyenne) et membre de la coalition AAR Sénégal, l’ancien Juge Ibrahima Hamidou Déme a été l’invité du Jury du Dimanche. Sur les ondes de la 90.3 Iradio, il est revenu sur le communiqué du ministère de l’intérieur ainsi que la décision du conseil constitutionnel concernant les listes de la coalition Yewwi Askan Wi et Benno Bokk Yaakar. Il se dit être surpris par la décision du ministre de l’intérieur. « La première réaction c’est la surprise. Parce qu’on ne s’attendait pas que ces "grandes coalitions" aient des difficultés au moment des investitures. Mais la première remarque que je ferai c’est par rapport au processus électoral. J’ai participé récemment aux élections territoriales à Thiès comme candidat. Donc, j’ai pu superviser la confection des listes et là, je me suis rendu compte du formalisme qu’il y avait autour de ces investitures là pour ces élections. Et des difficultés que les différentes coalitions avaient pour pouvoir déposer leurs listes à temps et en respectant aussi les formalités. Par-là, je veux faire constater qu’il y’a un formalisme assez surprenant. Pour les listes des élections territoriales comme pour les listes des élections législatives, figurez-vous que chaque candidat qu’il soit titulaire ou suppléant doit faire sa déclaration de candidature », a déclaré l’invité de Mamoudou Ibra Kane.

Et de poursuivre : « cette déclaration de candidature doit être accompagnée d’un ensemble de documents. Ce qui est extrêmement compliqué et c’est pourquoi on constate que les différentes coalitions ont du mal à déposer à temps. On devait simplifier cela parce que le processus électoral est devenu compliqué ces derniers temps. Je pense quelle que soit l’issue de ces contentieux, au sortir de ces élections législatives on doit poser le débat sur la nécessité de simplifier d’avantage le processus électoral sénégalais. Il faut appliquer la loi à tout le monde ».

Revenant sur la décision rendue par le ministère de l’intérieur, il a soutenu qu’elle est également surprenante. « Parce qu’il a invalidé partiellement ces listes en validant la liste des titulaires de Benno et celles des suppléants pour Yewwi. C’est une décision curieuse parce qu’il est moins évident pour les esprits les moins avertis qu’une liste de candidatures est composée de candidats titulaires et de candidats suppléants. (...) Je pense que le ministre de l’intérieur n’a pas été courageux parce que la décision qui s’est posée c’est de déclarer irrecevable les deux listes nationales dans leur entièreté. On s’attendait à ce que le conseil constitutionnel rétablisse les choses mais vous avez vu le résultat. Les listes nationales de Benno et de Yewwi si on avait appliqué la loi électorale, elles seraient invalidées », a-t-il aussi dit.

PS : Émission enregistrée avant la publication de la décision du Conseil constitutionnel sur les listes de BBY et YAW

Cheikh Moussa SARR
Abdoulaye SYLLA (Photo)

5 juin 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article