OPÉRATION DE SÉCURISATION : LA GENDARMERIE AUX TROUSSES DES MOTOS "SANS PAPIERS"

news-details
DAKAR

Elles sont nombreuses les motos parquées dans la cour de la Brigade de gendarmerie de la Foire. Les hommes en bleu mènent une croisade contre la circulation des motos sans papier. Une opération lancée depuis le 7 mai 2018 selon le chef d’escadron Arona Sarr, commandant de la Compagnie gendarmerie de Dakar. « Ces opérations menées également dans les autres unités du ressort de la Gendarmerie, notamment à Ouakam, à Thiaroye et à Hann Maristes, font suite à un constat du nombre d’agressions liées à ce mode de déplacement. Ce qui exacerbe le problème, c’est que les deux roues ne sont pas immatriculées. Cela pose un problème d’identification en cas de commission d’infraction », a expliqué le commandant Arona Sarr, qui renseigne que depuis le début des opérations, plusieurs motos ont été immobilisés.

« Il y a un nombre de 712 motos sans immatriculation qui ont été immobilisées. Quand on voit le nombre de motos immobilisées dans les unités, on a envie de dire qu’il n’y a pas de réglementation, alors que c’est faux. Le code de la route est très clair en la matière. Donc, pour toutes les motos, à partir de 125 centimètres cubes, le propriétaire doit avoir un permis de conduire de la catégorie, une carte grise, une immatriculation et l’assurance », a expliqué M. Sarr.

En tout état de cause, cette opération porte déjà ses fruits selon le commandant. Ce dernier tire un bilan satisfaisant à mi-parcours. « On a eu à dénombrer durant même les opérations deux agressions avec des motos. L’une d’entre elles, est en phase d’être élucidée parce qu’on est sur la trace des agresseurs. Mais, il faut dire que ce sont des opérations très positives qui vont contribuer à diminuer les agressions dans le ressort de la compagnie de Dakar », rassure-t-il. L’insécurité qui prévaut dans le pays préoccupe la gendarmerie qui se dit motiver à apporter une riposte aux malfaiteurs qui utilisent les moyens de transport pour commettre leur forfait.

Vous pouvez réagir à cet article