OPÉRATION RECOUVREMENTS DE LA DER : L’ACSIF DÉNONCE UNE MÉTHODE HUMILIANTE

news-details
MENACES D’EMPRISONNEMENT...

La Délégation générale à l’entrepreneuriat rapide pour les femmes et les jeunes, accompagnée par le Crédit mutuel du Sénégal a fait une descente sur le terrain pour procéder à des recouvrements auprès de ceux qui avaient bénéficié de ses financements et qui n’ont pas honoré leurs engagements à date échue. Une méthode de recouvrement dénoncée par le président le président de l’association des clients et sociétaires des institutions financières.

Selon Famara Ibrahima Cissé, président de L’association des clients et sociétés des institutions financières (ACSIF) cette méthode est mauvaise d’autant plus mauvaise qu’elle n’est rien d’autre qu’une humiliation du client. « Ce n’est pas une bonne méthode d’aller trouver le client chez lui pour l’humilier ou le vilipender. Ce n’est même pas normal qu’on appelle incessamment le client pour lui demander de venir payer », a expliqué M. Cissé. Qui, toutefois, précise qu’il ne prend pas la défense de ceux qui refusent de s’acquitter de leur créance. A l’en croire, il est pour le paiement intégral des créances.

Seulement, Cissé invite la DER a utilisé d’autres voies beaucoup plus appropriées que celles tendant à vouloir humilier le client. Sur ces entrefaites, il rappelle qu’il y a des maisons de recouvrements agréées par l’Etat du Sénégal. « Ce sont des structures professionnelles en la matière dont leur rôle est exclusivement de recouvrir des créances. La Der devrait recourir à ces maisons pour éviter des problèmes. On ne voudrait pas qu’il ait des problèmes entre les clients et les agents de la Der », soutient-il.

Cependant, l’économiste Oumar Ba et non moins professeur à la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion (FASEG) estime que la méthode de recouvrement utilisée par la Der n’a rien de mauvaise. Selon lui, ça fait partie des moyens de recouvrement existant dans les systèmes de crédits. Mais, à son avis, c’est au début, c’est-à-dire au moment de l’octroi des fonds que l’organisme devait prendre un certain nombre de dispositifs. Lesquels sont l’information sur le client pour pouvoir chercher par la suite à le rencontrer au cas où les recouvrements ne sont pas effectifs et les activités du client.

Vous pouvez réagir à cet article