image

OÙ VONT LES TRACTEURS ? (THIERNO LÔ)

image

Appelant à une remise en cause, le Khalife général des tidianes, Serigne Babacar SY Mansour, dans son message livré aux fidèles, lors du Gamou 2022, s’était affiché en avocat du monde rural. Disciples et invités avaient fortement applaudi, lors de la cérémonie officielle, surtout quand Pape Makhtar Kébé a transmis son plaidoyer en faveur des agriculteurs. À l’occasion, le khalife, empêché, a demandé à l’État « d’aider davantage » les agriculteurs « en rendant accessible, dans les zones reculées, l’eau, une ressource capitale ». Ces derniers ont aussi « besoin de semences, d’intrants et de tracteurs », a-t-il renchéri.

Invité du JDD, ce dimanche 16 octobre, Thierno Lô, ira plus loin, regrettant qu’il « n’y ait (même) pas une véritable politique agricole au Sénégal. » A la place, a-t-il relevé : « qu’est-ce qu’on fait ? Le président amène des tracteurs, donne des semences. Mais, on a un problème fondamental au niveau de l’Agriculture. Cela veut dire qu’il y a une minorité dans ce pays qui capte les fonds destinés au détriment des paysans. » Ainsi, a-t-il ajouté : « J’avais commencé à le dire depuis la Goana (sous Wade), on donne des tracteurs qui traversent nos frontières pour aller en Mauritanie (ou) en Gambie. Parce que les paysans à qui on donne les tracteurs, (ils n’ont pas) de terres. Ou bien c’est des gens qui les rachète chez les paysans pour aller les revendre. Les semences qu’on donne (aussi), on ne les donne pas aux gros producteurs. Mais, à des gens qui les vendent. La minorité, c’est les opérateurs (OPS) qui rachètent les semences, et qui font de la spéculation. Quand le paysan termine sa récolte, ils viennent acheter alors qu’il y a des centres de collecte (avant) la commercialisation. C’est parce que le secteur n’est pas organisé. »

Par ailleurs, l’ancien président du Conseil rural de Darou Mousty a souligné que « les engrais sont vendus et traversent même la frontière. Vous voyez même la Mauritanie qui avait une vocation d’élevage, qui vient nous vendre des tomates. Parce qu’ils cultivent plus que nous dans les cultures maraichères. Je pense qu’il y a des choses qu’il faut revoir pour que ce secteur qui est fondamental pour notre économie soit développé parce qu’au pays qui ne règle pas son Agriculture n’est pas encore sur la voie du développement. »

Poursuivant, il dira que le président Macky Sall a fait aménager des bassins agricoles mais qui sont « non exploités ». Il a, toutefois, ajouté que ce dernier « a eu à avoir un excellent ministre de l’Agriculture », citant « Papa Abdoulaye Seck. Ce monsieur quand il a été ministre, il a réglé quelque chose de très important, c’est la question des rendements. Il est un professionnel du domaine et j’ai bien apprécié ce qu’il a fait. » Aujourd’hui, Aly Ngouille Ndiaye est aux commandes. Il a pris fonction en tant que ministre de l’Agriculture, de l’Équipement rural et de la Souveraineté alimentaire.

Dié BA
Augustin MANDANG (Photo)

16 octobre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article