OUMAR DAF : « J’AI COMMENCÉ À PRÉPARER MES DIPLÔMES D’ENTRAÎNEUR DEPUIS 2000 ! » (AUDIO)

news-details
FOOTBALL

Dans cette troisième et dernière partie de l’entretien exclusif qu’il nous a accordé, l’entraîneur sénégalais du Fc Sochaux (Ligue 2), Oumar Daf, revient sur sa carrière naissante avec le club doubiste, révélant qu’entrainer, c’est ce qu’il a toujours voulu faire et qu’il s’est très vite préparé en conséquence...

Oumar, quand vous avez été nommé à la tête de Sochaux depuis le 25 novembre 2018, quel est le discours que vous avez tenu à l’endroit des joueurs alors que la situation du club était très difficile ?

Ce n’était pas évident de relever le défi. Quand le président m’a sollicité, j’étais très content car, il n’y a pas beaucoup d’entraineurs africains à ce niveau européen. C’était une bonne opportunité de montrer ce qu’on était capable de faire. Ensuite, il a été question de fédérer les joueurs à ce projet. Le plus important, c’était de sauver le club et de faire une 90ème saison dans le monde professionnel.

A quel moment est survenu le déclic ? Le moment où vous vous dites que vous pouvez arriver à sauver le club de la relégation ?

Dès le premier jour ! Quand j’ai accepté le projet, j’ai su que c’était un challenge difficile et je l’ai fait savoir à mes joueurs. J’ai tout fait pour les convaincre et leur faire savoir que ça allait être difficile jusqu’à la fin. Si on est restés soudés, c’est parce qu’on a travaillé très dur. C’est ce qu’on a réussi à faire. De faire en sorte que tous les joueurs adhèrent a ce même projet. Ensuite, on a mis un plan de jeu.

A ce niveau, sauver un club aussi historique d’une relégation, ça sonne comme un trophée ou plutôt comme une déconvenue évitée de justesse ?

J’avais dit à des joueurs qui avaient certaines carrières comme Mamadou Cissoko ou Yuan Ngolo que si on obtient ce maintien, c’est comme s’ils avaient gagné un trophée. La situation était très compliquée. Et après le match contre Grenoble, Il y avait énormément d’émotions. On a savouré ce maintien comme si on avait gagné un titre.

- 

- 

Après le maintien, votre contrat va être prolongé jusqu’à 2021. Quelles sont maintenant les perspectives au FC Sochaux ?

C’est de continuer à travailler. Je vais essayer de bien préparer le mercato pour pouvoir réaliser une meilleure saison. Je fais un métier très difficile mais c’est ma passion. Je vais essayer de prendre beaucoup de plaisir et de montrer de belles choses.

Vous êtes le seul coach africain à être sur le banc d’un club du championnat professionnel français (Ligue 1 et Ligue 2 confondues). Une belle façon de valoriser l’expertise africaine sur les bancs qui n’est pas encore considérée autant que sur les pelouses...

Aujourd’hui, on voit quelqu’un comme Aliou Cissé, ce qu’il fait avec l’équipe nationale. Il fait un bon boulot. C’est inspirant. A mon niveau, Je suis Sénégalais avant tout et pouvoir exercer mon métier en Europe est une grande opportunité pour moi. Depuis que j’ai quitté le Sénégal, y a plus de 20 ans maintenant, je me suis considéré comme un ambassadeur de mon pays. Quand j’étais joueur, ça a été le cas. Qu’on soit sur ou en dehors du terrain, on doit donner un bon exemple. En tant qu’entraineur et qu’on se considère comme un ambassadeur, je faire mon travail en donnant une bonne image de mon pays.

Durant votre carrière de joueur déjà, on louait beaucoup votre sagesse sur le terrain et dans le vestiaire. Vous sembliez prédestiné à cette carrière d’entraineur, non ?

Quand j’étais joueur déjà, j’ai commencé à passer mes premiers diplômes d’entraineur car, c’est ce que je voulais faire après. Donc, il était important pour moi de préparer ma reconversion. En 2018 avant la Coupe du monde, j’ai obtenu mon diplôme professionnel qui me permettait d’entrainer n’importe quelle équipe (Ndlr : le Brevet d’entraîneur professionnel de football ou BEPF, le plus haut diplôme d’entraîneur en France). Je remercie les dirigeants de Sochaux de m’avoir fait confiance. Ce n’était pas évident et ils ont cru en moi. Et maintenant, c’est à moi de rendre l’ascenseur en ’assurant le maintien dans le monde professionnel du football.

Vous pouvez réagir à cet article