OUMAR GUÈYE : « CE PARRAINAGE EST PLUS QUE LÉGAL... »

news-details
GOUVERNEMENT FACE À LA PRESSE

La rencontre du gouvernement face à la presse a servi de tribune à Oumar Gueye pour se prononcer sur la décision de la Cour de justice de la CEDEAO demandant à Etat du Sénégal de supprimer la loi sur le parrainage dans un délai de 06 mois. Les explications du ministre des Collectivités territoriales, du Développement et de l’Aménagement des Territoires laissent entendre que l’Etat n’appliquera pas cette décision. « Ce parrainage n’est pas tombé du ciel. Il a été évoqué lors du dialogue politique et ce parrainage avait fait l’objet d’une loi à l’Assemblée nationale. Donc, du point de vue de la légalité, ce parrainage est plus que légal par rapport à notre constitution et à notre législation », a déclaré le ministre porte-parole du Gouvernement, rappelant qu’au Sénégal on vote depuis plusieurs siècles. « Le Sénégal est un pays de droit. C’est un pays de démocratie éprouvée et cette démocratie se consolide », soutient le ministre. Qui, dans le même sillage, ajoute que tous les systèmes démocratiques au monde ont leur système de filtre pour les élections. Il n’y a pas un seul qui n’a pas de filtre.

Au Sénégal, ce qui a été choisi, c’est le parrainage citoyen. Et dit-il : « s’il n’y avait pas ce parrainage, on aurait affaire à 139 candidats en une seule journée pour voter. Il faudra plusieurs jours pour faire une élection. De ce point de vue, nous n’avons aucun problème au niveau du gouvernement par rapport à ce que le CEDEAO a dit ». Oumar Guèye annonce une sortie prochaine du ministre de l’Intérieur, Antoine Félix Diome pour apporter plus de détails sur cette décision.

Par ailleurs, Oumar Gueye s’est prononcé sur la commission d’enquête qui sera mise en place par le Gouvernement du Sénégal pour apporter la lumière sur les évènements du mois de mars dernier qui ont occasionné 13 morts et plusieurs blessés. « Cette commission verra le jour et elle sera inclusive pour que la lumière soit faite sur ces événements douloureux et malheureux », rassure le porte-parole du gouvernement.

Vous pouvez réagir à cet article