OUMAR MBODJI QUITTE LE NAVIRE DE LA BIS POUR UNE RETRAITE MÉRITÉE

news-details
FINANCES

Après presque 37 ans dans le milieu bancaire, le très discret et performer Oumar Mbodji à la tête de la BIS (Banque islamique du Sénégal) depuis 2015, cède son fauteuil à Mahamadou Madana Kane, un haut cadre qui officiait jusque là au groupe Banque islamique de développement à Djeddah. Départ d’un des derniers dinosaures de la place financière qui a reluit les coffres de l’institution, avant de passer le relais. Exclusif.

Un des pionniers du secteur bancaire au Sénégal, Oumar MBODJI, patron de la Banque islamique, fait ses valises. Selon des informations exclusives obtenues par Confidentiel Afrique, après une dizaine d’années passées dans cet établissement financier (5 ans de DGA et 5 autres aux fonctions de Directeur Général), Oumar MBODJI va céder son fauteuil à un éminent haut cadre de la BID (Banque islamique de développement). Selon des sources autorisées parvenues à Confidentiel Afrique, le remplaçant de Oumar MBODJI est Mahamadou Madana KANE. Ce dernier officiait jusqu’avant sa cooptation au siège de la BID, à Djeddah. Selon nos informations, le Directeur général de la Banque islamique du Sénégal part à la retraite à compter de la date du 31 Mars 2020. Oumar MBODJI, était un ancien cadre de la Société générale de Banque du Sénégal (SGBS, filiale de la major française SGBF), avant d’être rappelé par la Banque islamique du Sénégal, aux côtés d’une autre icône du secteur, Babacar NDOYE. Les deux formaient une win-team et ont écrit les plus belles pages de cet établissement sur la place financière dakaroise.

Grosses performances du portefeuille et image ripolinée

Oumar MBODJI quitte le navire BIS pour une retraite largement méritée et laisse derrière lui une banque liquide et auréolée d’une embellie financière. Une institution au grand mieux de sa forme, soupirent bon nombre d’initiés du marché bancaire. En cinq ans aux commandes, la banque a multiplié par 8 le Total Bilan. Fin 2019, les comptes qui ne sont pas encore arrêtés, mais à la clôture de l’exercice, le total bilan approche les 365 milliards de FCFA. Il est aussi le métronome de la prouesse de l’expansion du réseau Banque islamique. Un maillage crescendo. Conformément à la vision et à la feuille de route de M.MBODJI. De 4 agences en 2009, l’établissement caracole actuellement la trentaine d’agences. Selon nos informations, Oumar MBODJI, ne s’éloignera pas trop du milieu bancaire, puisque déjà, des sources renseignent que, certains fonds d’investissements et structures financières sont à la manœuvre pour décrocher cette grosse timbale, pour sa riche expérience et expertise avérée dans le secteur de la finance au Sénégal et en Afrique. Son prédécesseur Babacar Ndoye, quelques jours avant de lui filer les clés de l’institution bancaire avait raison d’être optimiste, interrogé il y’a cinq ans par Confidentiel Afrique, en disant ces propos : « Je laisse la maison entre de bonnes mains. Il m’arrivait de voyager à l’étranger des semaines durant, c’est lui qui gardait les clés. C’est un banquier pur et dur. J’ai la conviction qu’il sera à la hauteur des missions assignées ». Les fruits sont là et son nouveau remplaçant, Mahamadou Madana KANE, qui prend le relais, tâchera de faire mieux.

Vous pouvez réagir à cet article