OUVERTURE DU PROCÈS DES THIANTACOUNES SANS BÉTHIO THIOUNE : PLUS DE 20 AVOCATS CONSTITUÉS

news-details
DOUBLE MEURTRE DE MEDINATOUL SALAM

Mardi 23 avril 2019, jour J, pour Cheikh Béthio Thioune et ses co accusés. La chambre criminelle de Mbour va, enfin, juger l’affaire du double meurtre de Médinatoul Salam dans laquelle le guide religieux des Thiantacounes et 20 autres personnes sont impliqués. Sauf possible renvoi, les débats d’audience de cette affaire démarreront ce mardi 23 avril 2019. Si Cheikh Béthio Thioune et quatre de ses coaccusés notamment Samba Ngom, Serigne Saliou Barro, Alassane Ndiaye et Aziz Mbacké Ndour ont bénéficié d’une liberté provisoire, 16 autres détenus impliqués dans cette affaire croupissent à la maison d’arrêt et de correction de Thiès. Ces derniers, placés sous mandat de dépôt, il y a plus de 6 ans, avaient toujours réclamé la tenue de leur procès d’autant que l’instruction a été bouclée depuis 2013.

Ils ont, à plusieurs reprises, observé des grèves de la faim pour mettre la pression sur les autorités judiciaires afin que l’affaire soit enrôlée. En vain ! Si la procédure a été accélérée c’est partiellement grâce aux pressions des défenseurs des droits humains qui sont montés au créneau pour exiger la tenue du procès, dans les meilleurs délais. Ils ont eu gain de cause malgré la longue attente des détenus. Les accusés cités dans cette affaire comparaitront pour la première fois devant la chambre criminelle de Mbour. Un procès qui risque d’être long compte tenu du nombre des accusés et des avocats constitués dans cette affaire. Plus de plus de 20 avocats plaideront dans ce procès, selon des sources.

Retour sur les lieux du crime

Les faits de l’espèce se sont déroulés en avril 2012. Ce jour-là, Médinatoul Salam (Mbour) était le lieu de convergences des disciples du guide religieux. Ils s’y étaient retrouvés pour renouveler leur acte d’allégeance à leur marabout. Tout d’un coup, un groupe de jeunes talibés scandaient en chœur le nom de leur guide religieux en l’assimilant à Dieu. Ce qui a avait déplu à Cheikh Béthio Thioune qui, selon les déclarations mentionnées dans l’ordonnance de renvoi, les a renvoyées parce qu’il jugeait blasphématoires leurs propos. Mais, ces derniers n’ont pas obtempéré. Et ont refusé de quitter, créant ainsi l’ire des autres talibés. Sur ces entrefaites, une violente bataillée a éclaté entre les Thiantacounes. Bara Sow et Babacar Diagne seront tués au cours de la bagarre. Pis, ils seront inhumés, en catimini sur les lieux. C’est quelques jours plus tard, qu’une source anonyme a vendu la mèche. Elle a saisi le commandant de la gendarmerie de Mbour pour l’informer de l’affaire. Ce, pour éviter que l’affaire s’ébruite.

Sans perdre de temps, les pandores ont rappliqué sur les lieux pour recueillir le maximum d’informations. Leurs investigations ont permis de procéder à l’arrestation de personnes impliquées dans cette affaire. En sus, les corps ont été exhumés et acheminés à l’hôpital pour autopsie qui révèle que l’un des morts avait été atteint mortellement par deux coups de coupe-coupe à la tête, tandis que le second avait succombé par balles d’une arme à feu. Les enquêteurs poussent leurs investigations et découvrent que ce sont les véhicules de Cheikh Béthio en l’occurrence un Hammer et deux 4X4 qui ont été utilisés pour l’inhumation des corps. Serigne Béthio Thioune, accusé de complicité de meurtre, a été arrêté et placé sous mandat de dépôt. Et, le 27 février 2013, il a obtenu une liberté provisoire à cause de son état de santé fragile. Qui ne s’améliore toujours pas. Car, selon un des avocats de la défense, joint au téléphone, le guide religieux est toujours malade et est à l’extérieur du pays pour se soigner. « Nous avons déposé son dossier médical sur la table du juge. Et c’est à lui d’apprécier s’il doit renvoyer le procès ou le retenir et de juger notre client par contumace. Mais nous ne demanderons pas le renvoi. Nous sommes prêts à assurer la défense de notre client », rassure la robe noire.

Vous pouvez réagir à cet article