« L’OUVERTURE DU CONSEIL CONSTITUTIONNEL AUX MÉDIA EST UNE OUVERTURE À LA SOCIÉTÉ »

news-details
PAPA OUMAR SAKHO

Les Sages ouvrent le débat. Ils veulent circonscrire la désinformation en se rapprochant des populations. Papa Oumar Sakho, président du Conseil constitutionnel, l’a fait savoir lors d’un séminaire qui se tient à Saly du 25 au 26 juillet, à l’intention des journalistes, en collaboration avec le Synpics. « L’organisation de la rencontre d’aujourd’hui traduit notre volonté de poursuivre le dialogue avec les médias, et, en même temps, de contribuer à apporter au débat médiatique un cachet technique et juridique plus substantiel », déclare Papa Oumar Sakho.

« L’ouverture du Conseil constitutionnel aux médias est en fait une ouverture de l’institution à la société. Elle est commandée par l’esprit du temps. Elle participe aussi de l’effectivité du droit à l’information plurielle de notre Constitution a érigé, en son article 8, en droit fondamentale. La passion des sénégalais pour les sujets juridiques et politiques a souvent mis et mettra encore plus souvent le conseil constitutionnel au centre des débats où le faux se disputera toujours au vrai. C’est la rançon de la démocratie », souligne le Président du Conseil constitutionnel. Qui précise : « Que l’on ne s’y méprenne pas : le Conseil constitutionnel ne sera pas plus aujourd’hui qu’il ne l’a été hier un acteur du débat. Il lui appartient cependant, pour jouer pleinement son rôle dans la consolidation de notre démocratie tout en préservant son identité institutionnelle, de permettre aux populations un accès à la fois physique et intellectuel à l’information relative à ses compétences, à son processus décisionnel et à son langage parfois jugé technique, voire ésotérique. »

Dans cette perspective, plusieurs initiatives ont été entreprises par le Conseil constitutionnel. « On peut citer, sans être exhaustif, la création d’un site web, les séminaires à l’intention de divers acteurs de l’univers médiatique, une motivation des décisions plus tournée vers la pédagogie et soucieuse d’une plus grande intelligibilité pour les non- juristes, et l’ouverture de certaines de ces procédures, notamment en matière électorale, à des personnalités indépendantes », énumère Papa Oumar Sakho.

Dans un souci de circonscrire la désinformation, l’institution, est revenue au cours des débats sur l’organisation et le fonctionnement du Conseil constitutionnel, ses compétences, ses attributions, le contentieux électoral, le cadre légal du parrainage, les candidatures à l’élection présidentielle, les aspects techniques de la vérification des parrainages et le contentieux des opérations électorales.

Vous pouvez réagir à cet article