PAPE ALÉ NIANG ÉTALE LES MÉCOMPTES DE LA GESTION DE CHEIKH OUMAR HANN AU COUD

news-details
PUBLICATION

Des révélations ! Il y en a dans le livre du journaliste-chroniqueur, Pape Alé Niang. Ce livre, intitulé : « Scandale au cœur de le République : le dossier du Coud », a été présenté au grand public, ce samedi, 1e février, 2020. Pape Alé Niang met à nu la ’’gestion sobre te vertueuse’’ du président Macky Sall et peint un tableau sombre de la gouvernance de ce dernier.

Dans son livre, intitulé ’’Scandale au cœur de le République : le dossier du Coud’’, le journaliste Pape Alé Niang fait des révélations fracassantes sur la gestion de l’ancien Directeur du Coud, Cheikhou Oumar Hann, promu ministre de l’Enseignement supérieur, au lendemain de la réélection du président, Macky Sall. « Un montant de 15 millions F Cfa a été dégagé pour organiser un Ndogou (rupture du jeûne) en faveur des étudiantes de la Cité Claudel (22 septembre 2014). Mais la direction du Coud et l’Agence comptable sont dans l’incapacité de préciser à l’Ofnac (Office nationale de la lutte contre la fraude et la corruption) le montant exact dépensé et encore moins de lui fournir la moindre pièce justificative relative aux dépenses effectuées », a-t-il écrit. L’auteur a fait la présentation de son brûlot ce samedi, 1 février 2020.

Le journaliste chroniqueur a également dévoilé d’autres irrégularités financière telles que la soirée du gala de l’Émergence organisée le 3 mars 2015 et animée par le chanteur Doudou Ndiaye Mbengue. En l’espèce, « l’Ofnac a constaté qu’une dame du nom de Mariama Ndiaye a décaissé, à l’occasion, la somme de 3 millions F Cfa du Coud. Interpellée à ce sujet, elle n’a pu apporter la moindre pièce justificative relative à l’utilisation de ces fonds publics », ajoute Pape Alé Niang dans son livre.

Intervenant à la suite de la présentation du livre, le Coordonnateur du forum civil, Birahim Seck, a déclaré que « ce ne sont pas seulement les politiciens qui sont les voleurs de la République ». Selon lui, les fonctionnaires qui sont au sein de l’administration à côté des politiciens et qui les aident à faire « leur sale besogne », sont tout aussi coupables.

Vous pouvez réagir à cet article