« PAS MOINS DE 200 SÉNÉGALAIS TRAVAILLENT AU FMI ET À LA BANQUE MONDIALE »

news-details
MAKHTAR CISSÉ

Le nouveau contexte économique du pays devrait favoriser le retour des « cerveaux » sénégalais établis à l’étranger. C’est le souhait émis par le ministre du Pétrole et des Énergies, Mouhammadou Makhtar Cissé. Le ministre qui présidait, ce mardi 29 octobre 2019, une rencontre sur l’exploitation des ressources minérales, initiée par des organisations de la société civile, s’est réjoui de l’apport de la Banque mondiale qui permet au Sénégal de récupérer quelques-uns de ses cadres établis dans la diaspora. « Le gouvernement du Sénégal s’est aussi doté de capacités nécessaires pour une gestion efficace de ses ressources grâce à la Banque mondiale. C’est elle qui finance le Ges-Pétrogaz qui est chargé de mettre en œuvre les délibérations du Cos Petrogaz.
« Le Ges-Pétrogaz est l’unité opérationnelle du Cos Pétrogaz qui permet de recruter des experts de qualité », a-t-il signalé.

Pour le ministre, le secteur du pétrole et du gaz est un domaine d’expertise. Et souvent, estime-t-il, les coûts pour se doter d’experts qualifiés sont hors de porter des budgets du ministère. « Grâce à la coopération avec la Banque mondiale, nous parvenons à mettre la main sur des expertises de qualité qui sont des Sénégalais de la diaspora qui acceptent de revenir travailler pour leur pays dans ce nouveau contexte économique », a reconnu M. Cissé.

À l’en croire, le Sénégal manque de tout sauf de hauts cadres. « À la Banque mondiale et au FMI, il y a pas moins de 200 Sénégalais qui y travaillent. De hauts cadres qui occupent de grands postes de responsabilités dans ces institutions financières internationales. C’est le cas du directeur des Opérations de la Banque mondiale en Malaisie », a révélé Mouhammadou Makhtar Cissé.

Ce constat est le même dans le secteur du pétrole et du gaz. « À chaque fois que je voyage, je rencontre des Sénégalais qui sont dans les plus grandes compagnies dans le monde. Mais malheureusement, ils ne trouvent pas la voie du salaire pour rentrer », regrette le ministre Cissé.

Vous pouvez réagir à cet article