PÊCHE - L’OPÉRATION DE CHARME POUR LES PIROGUES EN FIBRE DE VERRE

news-details
ÉCONOMIE MARITIME

La société des infrastructures de réparation navale (SIRN) drague les pêcheurs à la 28e édition de la Fidak, où, elle a exposé ses nouvelles embarcations à fibre de verre. Aujourd’hui, environ vingt mille (20 000) pirogues sont au Sénégal. Ces pirogues, construites pour l’écrasante majorité en bois, n’ont pas une durée de vie supérieure à cinq (05) ans. Ce qui constitue une réelle menace sur l’environnement, car pour construire une pirogue, l’on est obligé de couper un ou deux arbres.

Pour plus de sécurité en mer et permettre aux pécheurs sénégalais d’avoir des pirogues dont la durée de vie varie entre vingt cinq (25) et cinquante (50) ans, la SIRN a lancé les embarcations à fibre de verre pour la pêche artisanale. Des échantillons de ces pirogues sont actuellement en exposition à la foire. Il s’agit, selon le Directeur général de la SIRN, Samba Ndiaye, de renforcer la rentabilité de l’activité de la pêche avec beaucoup plus de sécurité.

« Aujourd’hui, nous avons constaté beaucoup d’accidents en mer qui entraînent, le plus souvent, des pertes en vies humaines. Ce qui amène à réfléchir sur la nécessité à remplacer ces pirogues en bois », a-t-il expliqué, en insistant sur le fait que les pirogues traditionnelles ont atteint leurs limites d’où la nécessité d’instaurer ces pirogues en fibre de de verre.

Selon Samba Ndiaye, un ratio de 75% de pécheurs est déjà favorable à ces nouveaux modèles de pirogue. « Nous voulons que les autorités nous aident à acquérir ces nouveaux modèles de pirogue qui ont une durée de vie beaucoup plus longue », intervenait Ibrahima dans le film institutionnel diffusé devant les représentants de pécheurs à la Fidak.

Vous pouvez réagir à cet article