PÉNURIE DE DENRÉES : LES ASSURANCES DE MACKY

news-details
MESURES D’URGENCE

Les Sénégalais qui redoutaient une pénurie des denrées de première nécessité à cause de la maladie de la Covid 19 peuvent se rassurer. Le président de la République, Macky Sall veillera à ce que le marché soit bien approvisionné. Il l’a fait savoir, ce lundi, lors de son adresse à la Nation. « Je tiens, en particulier, à l’approvisionnement régulier du pays en produits médicaux et pharmaceutiques. Il en est de même pour les denrées de première nécessité. Le gouvernement mettra en œuvre des mesures de lutte contre toute hausse indue des prix. Je suis également soucieux des effets de la crise sur l’économie nationale. Pour en atténuer l’impact, j’ai créé un Fonds de riposte et de solidarité contre les effets du COVID19, FORCE-COVID-19, qui sera doté de 1000 milliards de FCFA. Ce Fonds sera alimenté par l’Etat et toutes les bonnes volontés », annonce le président de la République.

Qui lance un appel au secteur privé et aux partenaires bilatéraux et multilatéraux, afin qu’ils apportent leur soutien au FORCE-COVID-19. « Les ressources du Fonds serviront entre autres, à soutenir les entreprises, les ménages et la diaspora. Une enveloppe de 50 milliards FCFA sera consacrée à l’achat de vivres pour l’aide alimentaire d’urgence », a fait savoir le Chef de l’Etat. Mieux, il annonce que des mesures fiscales générales et spécifiques seront également prises en soutien aux entreprises.

Au titre des mesures générales, il sera accordé, informe le président de la République, une remise partielle de la dette fiscale constatée au 31 décembre 2019 due par les entreprises et les particuliers, pour un montant global de 200 milliards FCFA. « S’agissant des mesures spécifiques, elles bénéficieront aux secteurs les plus affectés par la crise du Covid-19, en particulier l’hôtellerie, la restauration, le transport et la culture. Ces mesures seront également étendues à la presse, compte tenu des changements induits dans ses grilles de programme et du rôle de service public qu’elle joue dans le contexte de la crise », a-t-il indiqué.

L’ÉTAT D’URGENCE RÉPOND À UN PÉRIL IMMINENT

A en croire Macky Sall, l’état d’urgence déclaré n’est pas une fin en soi. « Il ne s’agit pas également d’arrêter l’activité économique. Il répond à un péril imminent si nous ne redoublons pas d’effort. Face au péril, l’état d’urgence nous donne les moyens de renforcer nos rangs et d’intensifier nos efforts de lutte pour vaincre notre ennemi commun », a indiqué Macky Sall. Qui, dans son discours, rappelle que le virus porteur de la maladie ne se déplace pas de lui-même. Il circule à travers les personnes qui le portent, qui le déposent dans différents endroits et qui le transmettent ainsi à d’autres. « Par conséquent, en limitant nos déplacements et nos rassemblements, nous arrêtons la circulation du virus. Si nous le faisons, nous avons la chance de gagner le combat contre le COVID-19 », soutient le chef de l’Etat. Et de prévenir : « Si nous continuons de faire comme si de rien n’était, le virus va se propager de façon encore plus massive et plus agressive. Et malgré leur dévouement, nos personnels de santé seront alors débordés et ne pourront plus contenir la situation. C’est le pire des scénarios. Nous ne le souhaitons pas. Alors, j’en appelle à une prise de conscience nationale sur la gravité de la situation ».

Et en appelle à la responsabilité de chacun et de chacune. Aussi, il en appelle à l’esprit citoyen et patriotique de toutes et de tous. « Limitons nos déplacements. Evitons les rassemblements de quelque nature qu’ils soient. Il y va de notre propre santé et de notre propre vie. Il y va de la santé et de la vie de nos familles et de nos communautés. Mobilisons-nous, mes chers compatriotes. Ne laissons au virus ni la vie, ni nos vies. Il y va de notre salut. Il y va du salut de la Nation », lance-t-il.

Vous pouvez réagir à cet article