PÉTROLE & GAZ : « AAR LI NU BOKK » SONNE UNE MOBILISATION GÉNÉRALE POUR SAMEDI

news-details
Manifestation

La mobilisation continue. Le drapeau national en bandoulière, les membres de la plateforme ’’Aar Li Nu Bokk’’, Fadel Barro, Cheikh Tidiane Dieye, Guy Marius Sagna et Babacar Diop, entre autres, ont fait face à la presse, ce mercredi 3 juillet, au Relais. Dans sa déclaration, Babacar Diop des Forces démocratiques du Sénégal (FDS), porte-parole du jour, sonne la mobilisation pour la quatrième manifestation prévue samedi prochain.

Il dit : « La plateforme citoyenne, ’’Aar Li nu bokk’’, la grande concertation sur le pétrole et le gaz, tiendra sa quatrième manifestation le samedi 6 juillet 2019, de 14 à 19 heures sur les Allées du Centenaire au Rond-point de la rue 25. Un rassemblement populaire que nous voulons pacifique, massif et déterminé. La parole sera donnée aux Sénégalais, hommes, femmes et jeunes, dans cette grande concertation du peuple sur le pétrole et le gaz. Nous rejetons les discours faussement scientifiques des autorités sur le pétrole et le gaz. Nous rejetons aussi le semblant de technicité dans lequel elles tentent de confiner ces ressources pour les soustraire du regard attentif du peuple. »

Ainsi, souligne-t-il, « la parole sera donnée au peuple sénégalais, propriétaire exclusif de ces ressources pour qu’il dise ses plaintes et préoccupations sur la gestion du pétrole et du gaz » et « pour demander des comptes sur les actes de mal-gouvernance avérés qui ont été posés, les fautes et forfaits commis et les délits de corruption présumés. Nous le réaffirmons avec force, des fautes ont été commises. Contrairement à ce qu’a dit le président Macky Sall, rien ne permet d’affirmer que des juristes et experts ont été associés à la négociation des contrats, en particulier celui ayant lié le gouvernement du Sénégal et Frank Timis. S’ils l’ont été, on peut bien douter de leur compétence, leur intégrité et leur patriotisme. »

D’ores et déjà, avertit Guy Marius Sagna, l’autre porte-parole du jour, « aucune menace ne sera jamais assez forte pour détourner ses membres des exigences de transparence et de reddition des comptes. Aucune manœuvre qu’elle vienne des autorités ou de leurs groupuscules de jeunes se disant défenseurs d’une République qu’ils ont fini de privatiser, ne pourra nous divertir de nos exigences qui, hier, comme aujourd’hui, se résument à quelques demandes simples mais impossibles à esquiver (dont le premier point vise à) identifier, poursuivre, juger et sanctionner tous ceux qui se sont rendus coupables d’actes délictuels sur la gestion du pétrole et du gaz. »

« Le Préfet de Dakar, un hors la loi »

Revenant à la charge, Babacar Diop prévient le préfet de Dakar : « Il faut reconnaître que nous n’avons pas décidé de braver l’interdiction du Préfet. C’est le Préfet de Dakar lui-même qui a décidé de braver la loi, de ne pas respecter la Constitution de notre pays, qui garantit le droit de manifestation. Dès lors que lui, ne respecte pas la loi, il devient un hors la loi. » Face à une « telle situation », assène-t-il, « devant toute oppression, je pense que la lutte, la résistance et la désobéissance pour retrouver la liberté et la dignité deviennent des droits et des devoirs imprescriptibles. Voilà notre ligne. »

Forts de ce fait, les membres de la plateforme tiennent « à rappeler au Préfet de Dakar que tout arrêté d’interdiction de son rassemblement, sous quel que motif que ce soit, sera rejeté. Nous prendrons ce que nous donne la Constitution, nous manifesterons. »

Outre Dakar, le mot d’ordre sera suivi dans les autres régions (Saint-Louis, Louga, Ziguinchor, Thiès, etc), sous la coordination des plateformes départementales ’’Aar Li Nu Bokk’’, « qui fleurissent partout dans le pays ». De même que dans la diaspora, indiquent Guy Marius Sagna et Cie.

Vous pouvez réagir à cet article