VIDÉO-PHOTOS : DAKAR DIT AU REVOIR À SIDY LAMINE !

news-details
DÉPOUILLE À WALF

Tel un Général tombé dans un Champs de bataille, Sidy Lamine Niass a reçu tous les hommages d’un « Chef de guerre » devant les locaux du groupe Walfadjiri, où une foule immense est venue le saluer, avant son inhumation prévue cet après-midi à Léona Niassène.

Sur l’allée menant à Walfadjri, deux files, de sympathisants, d’amis, de parents et simples curieux, sont formées. Tous veulent voir une dernière fois : leur héros, Sidy Lamine, défenseur de la cause des opprimés. La devanture de Walf Tv est noire de monde.

A l’extrémité de la porte d’entrée, un groupe de jeunes accompagnés de quelques personnes âgées psalmodient des louanges à Dieu. Tout à coup, les sirènes des motards de la police annoncent l’arrivée du cortège funèbre. C’est l’émoi et la consternation. Certains ne peuvent se retenir. Et éclatent en sanglots. D’autres, plus exubérants, entrent en transe et crient le nom du défunt « Sidy, Sidy ». Les religieux présents sur les lieux, chapelets à la main, appellent à la sérénité.

Dans ce tohu-bohu général, les policiers parviennent difficilement à maitriser la foule, qui s’agrippe au Corbillard.

Le cortège s’arrête devant Walfadjri. Son fils Cheikh Niass, qui avait pris place dans le corbillard, rejoint la foule. L’émotion est grande. Il finit par craquer et fond en larmes. Il est consolé par ses petites sœurs et Oustaz Hady Niass, animateur à Walf et membre de la famille. Il formule quelques prières pour Sidy Lamine, une « icône de l’Islam et de la presse ».
Quelques minutes plus tard, le cortège funèbre s’ébranle. Direction : Léona Niassène, où une foule aussi immense l’attend pour le dernier voyage.

Vous pouvez réagir à cet article