PLAINTE DE LA GAMBIE CONTRE LA BIRMANIE SUR LE SORT DES ROHINGYAS

news-details
OCI

Mandatée par les 57 Etats membres de l’Organisation de la coopération islamique (OCI), la Gambie a entamé une action judiciaire devant la Cour internationale de Justice (CIJ) contre la Birmanie pour ses "actions de génocide" commises à l’encontre de la minorité musulmane des Rohingyas. Une mesure rendue publique par le Ministère gambien de la Justice. Si l’acte est jugé salutaire sur le plan international, il fait grincer des dents en Gambie où l’opinion s’interroge sur le timing et les priorités judicaires du pays.

BANJUL - C’est via un communiqué que le ministre gambien de la Justice, Aboubacar Tambedou a annoncé la décision de son pays de porter plainte contre la Birmanie sur le sort de la minorité musulmane les Rohyngas. Banjul reproche à Rangoun d’avoir violé la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide en ces termes : « La Birmanie n’a pas respecté ses obligations vis-à-vis de cette Convention internationale en raison du "traitement brutal" infligé aux Rohingyas », a affirmé le ministère gambien de la Justice dans ce communiqué.

La plainte déposée par la Gambie, pays à plus de 90% de musulmans dénonce la responsabilité de Rangoun et de son armée et s’appuie sur 600 témoignages recueillis dans les camps de réfugiés au Bangladesh.

La procédure devant la CIJ pourrait être longue, la Gambie demande à la cette juridiction d’ordonner à la Birmanie de cesser ses « actes de génocide », d’en punir les auteurs et d’offrir des réparations aux victimes. Le plus petit pays de l’Afrique de l’Ouest a également demandé à la CIJ d’imposer d’urgence des mesures conservatoires « afin de protéger plus d’un demi-million de "Rohingyas" contre de nouveaux dommages pendant la durée de l’affaire ». Au nom de l’OCI, le ministre gambien de la Justice justifie que « le génocide concerne l’humanité toute entière »

Peu après cette annonce, sur les réseaux sociaux, certains Gambiens n’ont pas hésité à s’interroger. Parmi tous les pays de l’OCI, pourquoi c’est la Gambie avec « ses nombreuses priorités judiciaires chez elle, qui se mêle des affaires d’une communauté à l’autre bout du monde » ?

Vous pouvez réagir à cet article