PLAMFE : « LE DÉVELOPPEMENT DE L’AFRIQUE PASSE PAR LA FEMME »

news-details
SOCIETE

La journée internationale de la femme africaine doit être encore plus célébrée que (celle) du 8 mars. Le plaidoyer est porté par Dr Marie Madeleine Rouamba, la présidente du bureau Burkina Faso de la Plateforme mondiale des femmes entreprenantes (PLAMFE), ce lundi, 29 juillet. Elle dit : « Je suis là à l’instar des autres femmes de PLAMFE dans le cadre de la journée internationale de la femme africaine. Quand on dit femme africaine, c’est nous d’abord. Je pense qu’elle doit être encore plus célébrée que la journée internationale de la femme. Parce que la femme africaine, elle se distingue des autres femmes par la combativité. Je peux dire que cette combativité, ce n’est pas seulement au Burkina Faso mais dans tous les pays africains. »

« Le Sénégal, un exemple »

Avant de poursuivre : « Nous sommes fières d’être là. C’est une journée très importante pour la femme africaine. Je tenais à féliciter sincèrement l’engagement du président (Macky Sall), son épouse, (Marème Faye Sall), et tout son staff. Cela doit servir d’exemple à tous les pays. Le développement de l’Afrique passe par la femme. » Médecin de formation, elle croit dur comme fer, que « si (les femmes sont) engagées et déterminées, (elles) arriveront à faire sortir notre Afrique de cette pauvreté. »

Selon les précisions de la présidente du bureau Sénégal de PLAMFE, Madeleine Sonko, la journée internationale de la femme africaine sera célébrée sur trois (3) jours au Sénégal, du 29 juillet au 1er août. Dernière date à laquelle le chef de l’Etat, Macky Sall, présidera la cérémonie officielle au Grand-Théâtre national. Sur le thème : « Leadership et entrepreneuriat féminin : Opportunités des TIC dans l’autonomisation des femmes et des filles ».

Avec, Pr Ndioro Ndiaye comme modératrice, des ateliers se tiendront lundi et mardi, « pour partager avec les femmes leurs préoccupations au quotidien, portant sur femmes et sciences, sur les star up digitales, l’émancipation et le maintien des filles à l’école, la législation des droits des femmes », en présence du ministre des Mines et de la Géologie, Aissatou Sophie Gladima.
Préciser que la Côte d’Ivoire est le pays invité d’honneur de cette édition 2019. D’autres pays africains tels que le Mali sont représentés.

Vous pouvez réagir à cet article