PLAN ORSEC : 50 HYDROCUREURS ET 150 MOTOPOMPES DÉJÀ DÉPLOYÉS, SELON FELIX DIOME

news-details
INONDATIONS

Le ministre de l’Intérieur, Antoine Félix Diome, se rend ce dimanche, dans des zones inondées, à Dakar, pour superviser la mise en œuvre du Plan d’organisation des secours (ORSEC). Il s’agit de faire face aux inondations provoquées par les fortes pluies enregistrées ces derniers jours dans plusieurs localités du pays. Avant son déplacement prévu à partir de 15 heures, ce dimanche, 22 août, il a présidé la réunion de lancement, au ministère de l’Intérieur.

"L’objet de cette rencontre était, dans le cadre du déclenchement du Plan ORSEC, de faire un état des lieux accompagné par un diagnostic de la situation dans les différentes régions concernées par les fortes pluies, lesquelles ont provoqué des inondations", a campé la tutelle. Avant d’annoncer que "dès le déclenchement du Plan, hier, les premiers moyens ont commencé à être mobilisés sur instruction du président de la République, Macky Sall." Et, "cela a consisté à déployer déjà sur le terrain une cinquante d’hydrocureurs, ainsi que 150 motopompes", a détaillé le successeur de Aly Ngouille Ndiaye.

Poursuivant, il a relevé que "comme son nom l’indique, le Plan ORSEC est un plan d’organisation des secours, cela demande beaucoup de coordination mais on s’attend surtout à une efficacité dans l’action publique."

"Sous ce rapport, a-t-il ajouté, "(avant) la visite de cet après-midi, nous avons fait le point sur la base des connaissances des uns et des autres mais également des rapports qui ont été effectués par les différents services. Ces rapports sur pièce, il faudra un rapport sur place. Donc, un état des lieux sur pièce et après un état des lieux sur place."

Ainsi, a-t-il renchéri, "les groupes opérationnels devront entrer en jeu, et l’organisation des secours ne devra pas tarder. Tous les moyens devront être mobilisés. Nous avons aussi les instructions qu’il faut pour faire le travail, les équipes techniques sont là, les finances ont donné leurs assurances, il ne nous reste plus qu’à faire le travail, atteindre les résultats attendus et puis, tout cela sous la coordination de l’état-major de commandement qui est institué dans le cadre du plan ORSEC".

Vous pouvez réagir à cet article