image

PLUS DE 1400 CIVILS TUÉS DEPUIS L’ENTRÉE EN VIGUEUR DE L’ÉTAT DE SIÈGE

image

"L’Assemblée nationale exige que le gouvernement présente un plan de sortie de l’état de siège et que l’Armée puisse continuer les opérations dans un régime classique comme en avril 2014, lors de la guerre contre le M23. Comme cela se fait, d’ailleurs, dans d’autres provinces sans état de siège." Une révélation faite, sur iRadio, par le député Jean-Baptiste Kasekwa. Le rapporteur de la commission défense et sécurité réagissait sur l’état de siège dans l’Est du pays.

Décrété le 3 mai dernier pour repousser les actions des milices dans le Nord Kivu, l’état de siège a créé plus de problèmes qu’il en a résolus, selon lui.

Près de 1447 civils ont été tués depuis son entrée en vigueur. Le rapport de l’Assemblée nationale dresse un vilain portrait de la situation, dans ces provinces parmi les plus riches du pays, en plus de problèmes financiers et logistiques, doublés d’insuffisances de troupes sur le terrain, le rapport fait état de 156 cas d’extorsions, plusieurs cas de viols et d’arrestations arbitraires.

Les magistrats militaires sont accusés de corruption. Ils considèrent l’état de siège comme un butin de guerre, d’après l’élu de Goma, chef-lieu de la Province de Nord Kivu, et membre de la commission défense et sécurité qui a établi le rapport. "Ça montre déjà l’inefficacité de cet état de siège au plan opérationnel. Parce que la concentration de pouvoirs politique et judiciaire entre les militaires n’a pas été accompagnée d’opérations militaires d’envergure sur le terrain. Contrairement aux périodes antérieures. En plein état de siège, nous n’avons pas vécu d’opérations qui pouvaient justifier l’état de siège. Au plan de la Justice, si je prends le cas de la Ville de Goma, où nous avions plus de 38 magistrats, toutes les compétentes pénales ont été confiées à une équipe de huit magistrats militaires. Et pour eux, la justice est devenue un butin de guerre. Bref, la population se sent asphyxiée", a-t-il dénoncé.

En RDC, 122 groupes armés sont recensés dans tout le pays.

Dié BA

31 octobre 2021