PLUS GRAVE QUE PRÉVU ? DES MÉDECINS CHANGENT DE TON FACE AU COVID 19

news-details
CORONAVIRUS

Les médecins changent de ton. Les discours mesurés laissent désormais place à une inquiétude de plus en plus affichée. Le coronavirus, une bonne grippe ? « On s’est trompés, il faut arrêter de les comparer, reconnaît aujourd’hui Gilles Pialoux. C’est bien plus grave. » Ce chef du service infectiologie de l’hôpital Tenon, à Paris, voit, au fil des jours, bondir le nombre de malades. « Les patients arrivent de partout, lâche-t-il. On est stressés ! »

Alors, certes, il ne veut pas créer la panique. Rappelons que plus de 80 % ont des formes bénignes. « Mais le coronavirus ne joue pas dans la même cour que la grippe, lâche-t-il. Sans faire peur, il faut mettre les gens face à la réalité ». Qu’elle est-elle ? Celle d’un virus plus contagieux et mortel. Ça, on le savait, avec 0, 1% de mortalité pour la grippe, 2 à 3% pour le coronavirus. « Bien sûr, ce n’est pas Ebola, précise Gilles Pialoux. Mais les Chinois ont montré qu’un patient peut aller bien et d’un coup, la deuxième semaine, au 8e ou 10e jour, il se retrouve en réanimation. »

« On a des jeunes, sans antécédents médicaux, dans un état gravissime »

C’est là la difficulté. Le coronavirus est bien plus fourbe. Certains n’ont pas de symptômes tout en étant contagieux. Difficile de boxer contre une menace parfois invisible. Autre inquiétude, cette fois-ci nouvelle, le profil des personnes admises en réanimation est en train d’évoluer. Il y a deux ou trois jours encore, les hommes et les femmes qui arrivaient dans ces services pour des détresses respiratoires étaient surtout des personnes fragiles, âgées, déjà malades. Désormais, ce ne sont plus les seuls. « Il n’est plus rare de voir des jeunes de 30 ou 40 ans, sans pathologie, lâche Gilles Pialoux. C’est la réalité du terrain. Le cercle s’élargit. »

Pour preuve, 86% des patients décédés de la grippe en France entre 2011 et 2019 avaient plus de 75 ans, contre 50 % pour les morts du Covid-19 en Chine. Jointe, Catherine (le prénom a été changé), infirmière dans un hôpital, le confirme : « On a des jeunes, sans antécédents médicaux, dans un état gravissime. » Dans son allocution télévisée, ce jeudi soir, Emmanuel Macron a d’ailleurs affirmé : « Il faut se préparer à une deuxième vague qui touchera, un peu plus tard, des personnes plus jeunes a priori moins exposées à la maladie mais qu’il faudra soigner également. » Comment l’expliquer ? La question demeure. « Pourquoi certaines tirent la mauvaise carte de la forme grave, ça on ne sait pas », concède Gilles Pialoux.

Les malades sauvés « seront épuisés pendant six mois »

Interrogé, Jean-Michel Constantin, secrétaire général adjoint de la Société française d’anesthésie et de réanimation, avance une hypothèse. « L’explication que j’en ai, c’est que la contamination est telle qu’on finit par avoir également des formes critiques chez des jeunes ». Il précise que le virus n’est pas en train de muter, mais il se répand vite : « C’est ce qui explique que le nombre de personnes en réanimation croît à vive allure ». En Ile-de-France, ils étaient 6 lundi, contre 100 jeudi.

Rappelons évidemment que tous les patients les plus graves hospitalisés dans ces services n’en meurent pas. L’immense majorité, 80%, est sauvée. Auront-ils des séquelles pulmonaires ? « Non, mais ils seront épuisés pendant six mois, précise le médecin. Et ils devront passer par une phase de rééducation à cause d’une atteinte neuromusculaire. »

Vous pouvez réagir à cet article