[PORTRAIT] : THIONE SECK, RAMDAM AUTOUR D’UNE LÉGENDE

news-details
DÉCÈS DU CHANTEUR SÉNÉGALAIS

L’homme est un héros, pour beaucoup. Malgré, ses déboires judiciaires après trois décennies où il a été l’un des artistes à régner en maître sur la musique sénégalaise, Thione Seck a su renaître de sa décadence. Ce lyriciste hors pair, dont les chansons se voulaient des maximes pour la vie, est décédé, ce dimanche, à l’âge de 66 ans. Sa vie : un véritable roman sénégalais dont le public, ici comme ailleurs, s’est délecté chapitre après chapitre.

Qui d’entre nous n’a jamais esquissé un seul pas de danse de Thione Seck ? À défaut, nous avons au moins entonné un de ses nombreux tubes. « Mathiou », « Domou Baye », et tant d’autres ont secoué les dancefloors dans les années 90. Aujourd’hui, la plupart des ados qui s’époumonent et se déhanchent sur les tubes de Waly n’ont pas connu les années fastes de son père, Thione. Chanteur à la voix suave, moraliste constant, parolier hors pair, Thione Seck passe avant tout pour un parangon de vertu, au point d’être surnommé affectueusement « Papa Thione ». Une véritable icône de la grande diatribe à l’époque où les cassettes s’écoulaient comme de petits pains au marché Sandaga chez Talla Diagne ou encore Gadiaga. Au point de détrôner le roi du mbalax et d’être couronné par la grande famille Jackson aux États-Unis ?! Qu’on l’aime ou pas, Thione Seck forçait le respect.

DÉMÊLÉS AVEC LA JUSTICE

Thione Seck, l’un des chanteurs les plus populaires, adulé et respecté de la scène musicale sénégalaise, connu pour ses prises de positions tranchées et radicales sur les questions d’éthique, a connu la prison, empêtré dans une affaire de faux billets de banque. L’icône des années 90 est tombée pour trafic de faux billets, blanchiment de capitaux, association de malfaiteurs, escroquerie. Un des plus gros scandales de l’industrie musicale. Après 8 mois passés en prison, il bénéficie d’une liberté provisoire. Le 4 mars dernier, la Cour suprême casse le verdict en appel et confirme le jugement en première instance qui relaxait Thione Seck au bénéfice d’un vice de procédure : ses avocats n’étaient pas présents à l’interrogatoire. Une victoire en demi-teinte. Mais, Thione a longtemps clamé son innocence. Pour lui, l’affaire est assez simple. Des gens mal intentionnés sont derrière « ce complot » monté contre lui et sa famille. Les fans n’en n’ont cure. Bien au contraire, cet épisode douloureux pour sa famille, renforce l’image de Papa Thione, adulé par des générations entières de mélomanes sénégalais.

UN PAN DE L’HISTOIRE DE LA MUSIQUE

Né le 12 mars 1955 à Dakar, Thione Seck est issu d’une grande famille de griots. Son arrière grand-père était chanteur à la cour de Lat-Dior, damel du Cayor et farouche opposant à la colonisation française. Il participe donc naturellement dès son plus jeune âge aux cérémonies et fêtes traditionnelles comme chanteur et percussionniste. Ainsi, il devient, quelques années plus tard, membre du groupe dakarois Star Band avant d’intégrer le mythique Orchestra Baobab avec lequel il collabore quelques années.

En 1984, il monte avec son frère un duo appelé « Raam Daan » et sort son premier opus. En 1996, le producteur sénégalais, Ibrahima Sylla entreprend de le produire. Il sort 3 albums sous son label, Syllart, notamment Orientissimo, encensé par la presse. L’album, enregistré entre Dakar, Le Caire et Bombay, est un véritable succès. Sa carrière prend de l’envol. Ses relations heurtées avec ses frères le poussent à entreprendre une carrière indépendante. Néanmoins, Thione Seck est désormais sur toutes les grandes affiches. Ses soirées au Kilimandjaro refusent du monde. On se bouscule pour le voir. Ses tubes s’enchainent : « Mathiou », « Domou Baye », « Boul Doff », etc, sont repris à travers toutes les bandes-son. La légende s’écrit !

Mais, l’histoire s’arrête ce 14 mars 2021, seulement 2 jours après son 66e anniversaire. Le Sénégal se réveille avec la douloureuse nouvelle de son décès. Avec lui, un pan de l’histoire de la musique qui s’envole. Les témoignages sont unanimes : son sérieux, sa rigueur et sa véracité sont salués. Une foule immense l’accompagne à sa dernière demeure. Adieu l’artiste !

Vous pouvez réagir à cet article