image

POSSIBLES LIENS ENTRE OMICRON ET LE VIH SIDA (ÉTUDE)

image

Des scientifiques sud-africains – reconnus pour avoir découvert l’Omicron – étudient l’ »hypothèse hautement plausible » selon laquelle l’émergence de nouveaux variants du Covid-19 pourrait être liée, dans certains cas, à des mutations survenant chez des personnes infectées dont le système immunitaire a déjà été affaibli par d’autres facteurs, notamment, mais pas uniquement, par un VIH non traité.

Les chercheurs ont déjà observé que le Covid-19 peut persister pendant de nombreux mois chez des patients séropositifs qui, pour plusieurs raisons, ne prennent pas les médicaments qui leur permettraient de mener une vie saine.
« Normalement, le système immunitaire élimine un virus assez rapidement, s’il est pleinement fonctionnel », a déclaré le professeur Linda-Gayle Bekker, qui dirige la Desmond Tutu HIV Foundation au Cap.

« Chez une personne dont l’immunité est anéantie, nous constatons que le virus persiste. Et il ne se contente pas de cela, il se réplique. Et en se répliquant, il subit des mutations potentielles. Et chez une personne dont l’immunité est supprimée, le virus peut persister pendant de nombreux mois, en mutant au fur et à mesure », a-t-elle ajouté.

Mais, tout en poursuivant leurs recherches, les scientifiques tiennent à éviter de stigmatiser davantage les personnes vivant avec le VIH, tant en Afrique du Sud – où sévit la plus grande épidémie de VIH au monde – qu’au niveau mondial.
« Il est important de souligner que les personnes sous traitement antirétroviral restaurent leur immunité », a déclaré le professeur Bekker.Les scientifiques notent également qu’il existe de nombreuses autres raisons, à l’échelle mondiale, pour lesquelles le système immunitaire des personnes pourrait être compromis.

L’émergence, par exemple, du variant Alpha a été liée à un patient recevant un traitement contre le cancer au Royaume-Uni.

« Le diabète, le cancer, la faim, les maladies auto-immunes, la tuberculose chronique, l’obésité – nous avons une énorme population de personnes dont l’immunité est supprimée pour d’autres raisons », a déclaré le professeur Marc Mendelson, responsable des maladies infectieuses à l’hôpital Groote Schuur du Cap.

En Afrique du Sud, près de huit millions de personnes vivent avec le VIH. Mais environ un tiers d’entre elles ne prennent pas de médicaments.

Source : BBC

26 décembre 2021


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article